Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/07/2008

Diwar-benn an tredan nukleel

Pa vez kemennet deomp e vo savet un eil reaktor nukleel EPR e Bro-C'hall, ha pa grog an dud da vezañ nec'hetoc'h-nec'hetañ gant priz ha saotradur an eoul-maen evel mammenn-energiezh, eo mat kaout un nebeud titouroù diwar-benn an doareoù ma vez produet an tredan nukleel.

 

Penaos e vez produet an tredan nukleel ?

Ne vo ket kaoz amañ ouzh an hentenn teknikel evit krouiñ tredan adal uranium (displeget e vez mat war wikipedia), met roet e vo kentoc'h un nebeud resisadurioù war mont-en-dro ur greizenn.

Beveziñ kalz energiezh a ra an tredan nukleel, evit pinvidikat an uranium implijet gantañ, da skouer. Ul lodenn vat ouzh an tredan krouet gant ur greizenn a servij n'eo ket evit an dud, met evit he vont-en-dro dezhi he-unan. Da skouer, e Tricastin ez eus 4 reaktor. Ar re-se n'az eont en-dro nemet evit pourveziñ kreizenn Eurodif, a zo e-kichen.

An doareoù da broduiñ a ra ma n'haller ket kemm buan ar c'hementadoù energiezh produet : n'haller ket diskenn anezho pa tiskenn an ezhommoù, pe kreskiñ anezho pa gresk an ezhommoù. Setu e c'hoarvez alies ma vefe kreizennoù o vont en-dro pa ne vez ket ezhomm, pe mareadoù e-lec'h ma ranker prenañ energiezh digant Alamagn (he deus divizet mont maez diouzh an energiezh nukleel) e-pad ar goañv.
Dre vras e vez lakaet etre 15 hag 20 vloaz evit sevel ur greizenn. Goude-se eo sañset mont en-dro e-pad 25-30 vloaz. Se a oa raktreset er penn kentañ, met bremañ ez eus bet divizet gant EDF lakaat ar c'hreizennoù da vont en-dro e-pad pelloc'h, daoust d'ar pezh-mell kudennoù surentez a c'hell sevel neuze pa gosha ur greizenn. Evel-se e lenner war war lec'hienn EDF, diwar benn ar c'hreizennoù, emaint "conçues pour fonctionner au moins 40 ans" ! Goude se e vez lakaet tro 20 vloaz evit dispenn ar greizenn. Kudennoù a c'hell sevel neuze, evel ma oar mat ar vreizhiz (pa vezomp kelaouet !) gant kreizenn Brennilis. Koust dispenn ur greizenn, pe hini adaozañ ha merañ al lastez skinoberiant ne vezont ket kontet e-barzh "priz an tredan nukleel" a vez roet deomp. Ma vez ouzhpennet ar c'houstoù-mañ e vez gwelet e koust e gwirionez kalz kêroc'h an tredan nukleel eget n'eus forzh peseurt hini all. Da skouer, evit dispennañ kreizenn Marcoule e kousto 6 milliard a €uroioù, da lâret eo 2 wech kêroc'h eget evit sevel anezhi !

 

Kudenn ar surentez :

An abeg pennañ evit kaout aon rak an tredan nukleel eo hini ar surentez. Soñj hon eus ouzh gwallzarvoud Tchernobyl. Ar pezh ne ouzomp ket eo e chom c'hoazh darn vrasañ ouzh efedoù Tchernobyl da welet, kalzik outo (krign-bev hag all) n'int ket en em ziskouezet c'hoazh pe neuze n'int ket bet muzuliet, dre ma vez gwasket war ar re a glask muzulioù efedoù an darzhadenn.

Hiziv an deiz, n'eo ket suroc'h stad an traoù eget e 1986. Daou gwallzarvoud grevus-kenañ a zo degouezhet e bro-Sued e 2006, ha darbet eo bet deomp bevañ un eil Tchernobyl. E miz Even 2007 ez eus bet ur c'hrennadenn-zouar e Japan : danvez nukleel a zo tec'het diouzh ar greizenn vrasañ, un tan-gwall a zo savet, ha kudennoù lies all. E Krsko (Slovenia) n'eo ket aet tamm ebet en-dro an aozadur kelaouiñ ha gwareziñ pa 'z eus degouezhet ur gwallzarvoud e miz Even ar bloaz-mañ.

E Bro-C'hall ez eus kalzik traoù ne vezomp ket gwarezet dirazo : E kreizenn adstummañ al lastez e La Hague e c'hoarvez tro-dro da ur gwallzarvoud bep bloaz. N'eo gwarezet lec'hienn ebet a-enep d'un dagadenn sponterezh gant ur c'harr-nij, ma vefe La Hague pe an EPR nevez war ar stern. N'eo ket gwarezet kenebeut hon c'hreizennoù rak ur c'hrennadenn-zouar : evit 1,9 milliard €uro a labourioù a vefe ezhomm, met nac'h a ra EDF ober anezho (!).

Evit ar pezh a sell ouzh ar reaktorioù nevez a zo o vezañ savet, n'int ket suroc'h evit ar re all : kavet ez eus bet gant Réseau Sortir du Nucléaire un teuliad a oa chomet kuzh a lavare ne c'hellfe ket an EPR talañ dirak un dagadenn sponterezh. E Finland ez eus bet kemeret dale forzh pegement gant chanter an EPR dre ma ne veze ket doujet ouzh reolennoù surentez hag e veze savet fall ar savadur. Memes tra e Bro-C'hall evit ar chanter a zo kroget : ehanet eo bet ur wech dija. Unan eus an abegoù eo ma vez fiziet ar savadur da embregerezhioù diavaez ha diarbennik evit ma ne koustfe ket re a arc'hant.

 

An nukleel, energiezh an dazont ?

Unan eus arguzennoù pennañ difennerien an tredan nukleel a zo o tont ouzh an eoul-maen : mont a ra da hesk, ha saotrañ a ra, setu eo gwelloc'h ober gant tredan nukleel. Petra respont da se ?

Da gentañ ez eus ar memes kudenn gant an energiezh nukleel : implijout a ra uranium evit mont en-dro, hag hennezh az a da get ivez. Kreskiñ a ra e briz buanoc'h eget hini an eoul-maen. Hervez al lavaroù e chom etre 50 ha 70 vloaz d'ober gant an uranium a zo, ma chom ingal produadur an tredan nukleel. Met ma soñjer erlec'hiañ ar vammennoù energiezh all gant an hini nukleel e vefe dav lieskementiñ an niver a greizennoù hag a uranium implijet. Ma tremenfemp eus 2% da 50% a energiezh nukleel er bed, neuze ne chomfe uranium nemet evit daou vloaz ! Evit lod all ez aio kalz buanoc'h an uranium da hesk eget se.

Hentennoù a zo evit ober gant nebeutoc'h a uranium : ur raktres azo gant "neutronoù prim", a rofe muioc'h a amzer deomp, met ne vo ket prest an deknologiezh a-raok ma vefe steuziet an holl uranium implijet ganeomp. Enklaskoù all a zo evit implijout thorium, a vez etre 3 ha 4 gwech muioc'h outañ war ar bed eget a uranium. Met ne seblant ket bezañ un diskoulm war an hirdermen kenebeut. Taolioù-esa a zo ivez evit lakaat e-pleustr un tredan nukleel dre gendeuziñ, met kudennoù surentez bras-kenañ a zo da reizhañ, ha ne vo ket prest ar raktres a-raok 100 vloaz bennak d'an nebeutañ (ret e vefe tizhout ur gwrez a vefe an hini a zo e kreiz an heol). Titouroù ouzhpenn a zo amañ.

Arguzenn ar saotradur ne dalvez ket kalz traoù kenebeut : hervez Global Chance, ma vefe lieskementet dre 3 kementad ar c'hreizennoù nukleel, ne vefe espernet nemet 9% ouzh ar gazoù efed-gor ganto. Ouzhpenn se e saotr gant traoù all, ma n'eo ket gant CO2 : gant ar gwrez da gentañ : 2/3 ouzh an energiezh produet gant ur reaktor a vez kaset maez e stumm gwrez, ha kement-mañ a gemer perzh e-barzh tommadur an hin. Da eil e vez estaolet dour tomm ha klor er sterioù gant ar c'hreizennoù, ha kement-mañ a zismantr penn-da-benn ar vuhez eno. Hag evel-just ez eus al lastez skinoberiant, a chom saotrus-kenañ ha dañjerus e-pad ur badelezh hir-kenañ.

War he zalaroù emañ an energiezh nukleel : a-benn 2015 e vo 41 reaktor nevez, evit 80 o paouez da vont en-dro : digreskiñ a ra e gwirionez niver ar reaktorioù. A-benn 2025 e vo serret 250 reaktor war ar 435 a zo, ha savet e vefe tro 65-70, diouzh ar pezh a vez kemennet gant ar vroioù. Er Stadoù-Unanet, da skouer, n'eus reaktor nukleel nevez ebet abaoe 1973. Kendalc'het e vez da implijout reoù kozh, ar pezh a sav kalzik kudennoù surentez hag ehanoù : kement-mañ en deus koustet 82 milliard a zollarioù. Abalamour da se e soñj d'an embregerezhioù n'eo ket an energiezh nukleel unan a tavlez ar boan.

Hervez "Réseau Sortir du Nucléaire", gant ar memes kementad a arc'hant a vez gouestlet d'an tredan nukleel e Bro-C'hall e c'hellfe bezañ krouet 2 wech muioc'h a energiezh ha 12 gwech muioc'h a labour gant an energiezhioù nevez ha propr.

Er bed a-bezh e ra an tredan nukleel 17% ouzh an tredan, ha 2% ouzh an energiezh. E Bro-C'hall e ra 78% ouzh an tredan, ha 17% ouzh an energiezh. Da lâret eo, pa'z aio an tredan nukleel da get, ne vo nemet 2% a energiezh da gavout e lec'h all war ar bed. Gant kresk an energiezhoù nevez ha propr, ne vo ket gwall ziaes.

 

Evit gouzout hiroc'h :

Evit kaout ivez ali unan speredek hag a zo kentoc'h a-du gant an energiezh nukleel :

28/06/2008

À propos de la redadeg...

Qu'est-ce que la redadeg ? Cela signifie "course" en breton. C'est une grande course de relais sur quelques centaines de kilomètres, partie de Nantes et arrivée à Carhaix, organisée en faveur de la langue bretonne. Le principe est simple : chaque kilomètre de la course est acheté par des individus, des associations, entreprises, etc., qui ont le droit de courir, sur le kilomètre en question, avec le bâton du relais à porter. N'importe qui peut aussi courir gratuitement, sans le bâton. C'est une opération qui offre une grande visibilité médiatique à la cause de la langue bretonne et permet de ramener de l'argent. Elle est inspirée du modèle de la Korrika, au pays basque. Elle a suscité un réel engouement pour sa première organisation cette année. Moi-même j'ai couru un kilomètre, sur une route de campagne dans le trégor à minuit moins le quart. L'argent récolté servira cette année à sortir Diwan (écoles en breton pratiquant l'immersion linguistique) de ses difficultés financières.

Jusqu'ici, tout va bien. Alors, qu'est-ce que j'ai à dire sur la redadeg ? Encore une critique ? Pas exactement, mais presque. Qu'est-ce que c'est, presque une critique ? En fait, le même type de critique que celui qu'on peut adresser à tout type d'action humanitaire en général : elle fournit une béquille face aux insuffisances de l'État.

Commençons par le commencement : qu'est-ce qui a amené certains à ressentir le besoin d'organiser une redadeg ? Principalement, le manque d'argent. La redadeg a en effet permis, comme nous l'avons dit, d'engranger une comme d'argent non négligeable. Mais qui aurait du donné cet argent ? L'État, à partir d'un système équitable (un mot à la mode, en ce moment...) de répartition des richesses que l'on nomme l'impôt, et qui permet à chacun de contribuer à la bonne marche de a société selon ce qu'il peut donner. Si l'argent était venu de l'État, la somme donnée à la langue bretonne par chacun aurait été proportionnelle à ce qu'il était en mesure de donner : nous aurions été en situation d'équité. Au lieu de cela, puisque l'État n'a pas donné d'argent, qui est-ce qui l'a donné ? Des individus, des associations pour la promotion de la culture, et des petites entreprises locales ayant une sensibilité culturelle : pour la plupart, des individus qui ne gagnent pas beaucoup et qui ont déjà l'habitude de donner une part considérable de leur temps et de leur énergie à notre culture. Pendant ce temps-là, l'argent des grands trusts continuait de rentrer dans les poches des actionnaires.

C'est là le problème de toute entreprise caritative en général : pour pallier les insuffisances de l'État, on demande aux plus vertueux de donner encore un peu plus qu'ils n'ont déjà donné. En fin de compte, c'est le smicard altruiste qui ponctionne sur son salaire pour la juste cause alors que le P-DG voit ses charges continuer à baisser.

Dans notre cas s'ajoute une donnée supplémentaire : si l'argent provient de l'État, cela signifie qu'il est reconnu comme quelque chose de légitime que la France contribue financièrement au maintien des cultures locales. Symboliquement, ce n'est pas neutre : chaque subvention publique est en même temps la reconnaissance d'une certaine utilité publique. Au lieu de cela, si les individus se débrouillent d'eux-mêmes pour recueillir l'argent qui leur manque, l'opinion est libre de considérer qu'il s'agit d'un petit groupe qui agit pour ses petits intérêts privés, comme le font les écoles catholiques, le Front National en ce moment, etc.

Est-ce qu'il faut critiquer ces actions, et la redadeg notamment, pour autant ? Bien sûr que non. Dans le contexte actuel, puisque l'État ne donne pas d'argent, et la tendance est à la baisse de l'impôt progressif au profit d'impôts inégalitaires comme la TVA, TIPP, et diverses taxes à la consommation courante, il faut bien trouver soi-même l'argent qui manque. De plus, la redadeg n'aura sûrement pas eu qu'un effet financier : on peut espérer qu'elle aura contribué à diffuser l'image d'une culture bretonne vivante, joyeuse et ouverte. En ce sens, elle aura eu des effets positifs sur l'opinion publique que n'aurait sûrement pas eu une ponction fiscale...

Alors saluons le succès de la redadeg, félicitons les organisateurs et participants, réjouissons-nous de son déroulement, mais surtout n'en souhaitons pas de nouvelle ! La redadeg, avant d'être le signe du dynamisme culturelle breton, est avant tout le signe du mépris centraliste qui nous est affiché, de la misère d'une politique de droite qui ne subventionne pas le maintien de la diversité culturelle, et des petites débrouilles que l'on en vient à mettre en œuvre pour le combler. La redadeg est en même temps un évènement enthousiasmant et le symbole morbide de notre déconsidération bureaucratique. En tant qu'évènement, elle doit être saluée, mais en tant que symbole, elle doit être prise pour ce qu'elle est : un palliatif. La redadeg est la manière dont quelques militants vertueux tentent tant bien que mal de soigner la maladie qu'est la désaffection de notre langue par les autorités. À tout choisir, je préfère tenter d'éliminer la maladie que de développer un médicament. Mais bien sûr, tant que la maladie est là, je prends le médicament, et je fais ce que je peux en sa faveur. Mais je n'oublie pas qu'il s'agit d'un médicament.

N'oublions pas que la redadeg est un médicament, et voyons le symptôme morbide qu'elle tente d'atténuer.

Bernays (V) : Conclusion

Série Bernays, partie V, (I II IIV IV).

V.I. Quel est le monde que nous préparait Bernays ?

À mon avis, l'image même du monde organisé selon les vœux et les méthodes de Bernays, c'est Le meilleur des mondes, celui du roman d'Aldous Huxley. Voici plusieurs points saillants :

  • L'utilisation de la psychologie pour comprendre le fonctionnement de l'humain, générer en lui les désirs que l'on veut qu'il ait, et neutraliser les déviances : dans Le meilleur des mondes, on retrouve clairement ces tendances : le conditionnement néo-Pavlovien pour faire associer certaines émotions à certains objets aux individus, pour qu'ils aient les goûts pour lesquels ils sont prédestinés, les maximes hypnopédiques répétées aux enfants pendant leur sommeil pour qu'ils intériorisent l'ordre social, etc.
  • L'exhortation à la consommation perpétuelle : avec ce slogan que l'on répète hypnopédiquement : "mais les vieux habits sont affreux, nous jetons toujours les vieux habits", "plus on reprise, moins on se grise; plus on reprise, moins on se grise; plus on reprise, moins on se grise", "mieux vaut finir qu'entretenir; mieux vaut finir qu'entretenir; mieux vaut finir qu'entretenir;", "comme j'aime avoir des vêtements neufs ! comme j'aime avoir des vêtements neufs ! comme j'aime avoir des vêtements neufs !"
  • Le sacrifice de toute les autres dimensions de l'humain au profit de celle de la satisfaction de son désir : comme le slogan "happyness machines" de Bernays résonne bien avec les propos de Mustapha Menier !


Il y a aussi, bien sûr, des grosses différences entre le meilleur des mondes et celui de Bernays. Alors que le monde de Bernays repose sur l'entretien permanent de la frustration, celui d'Huxley repose sur sa suppression : ne jamais resentir de manque, consommer du soma en cas de tristesse, ...

Il est intéressant de savoir qu'Aldous Huxley a beaucoup travaillé sur les stratégies de manipulation des masses. Son livre, Retour au meilleur des mondes, fournit une bonne occasion de faire un pont entre Le meilleur des mondes et Propaganda.

V.II. Pourquoi Bernays est-il beaucoup plus dangereux que Sarkozy ?

Plutôt que de toujours parler de Sarkozy, mieux vaudrait parler de Bernays et de ses comparses. Pourquoi ? La raison est simple : vaut-il mieux penser que, si tout va mal dans ce monde, c'est de la faute à un méchant monsieur, ou a des processus économiques qui se sont généralisés et des manières d'agir qui ont été intériorisés par la majorité de la population ? Vous devinez quelle réponse je préfère.

Sarkozy n'est qu'un pantin, une marionnette, au service d'intérêts qui le dépassent largement et qu'il ne comprend sûrement même pas. Le seul véritable danger qu'il représente est qu'il sert d'écran à la critique politique : son rôle est de couvrir l'ensemble de la surface médiatique pour que toutes les critiques fusent sur ses actions anecdotiques et spectaculaires (ses montres en or et son "casse-toi pauvre con !"), pendant que, derrière, certains propagent la véritable politique réactionnaire en modelant nos désirs et nos actions. Sarkozy est une diversion déstinée à nous empêcher de nous intéresser à des gens comme Bernays et à tenter de lutter contre eux.

Bernays, au contraire, a été l'artisan de la propagation du système tel qu'on le connaît actuellement. Bernays a eu énormément plus d'influence sur notre siècle que n'importe quel politicien, puisqu'il a façonné les manières d'agir de la masse. Observons rapidement les changement que lui et ses collègues ont introduits dans notre siècle :

  • D'un point de vue très concret, il a poussé au développement de l'industrie dans les pays riches : il fallait que celle-ci trouve un désir de consommer chez les masses pour pouvoir écouler sa production et prospérer. Si les gens avaient continué à consommer comme il y a cent ans, non pas qualitativement (consommer les mêmes produits et se priver des avancées de la science), mais quantitativement (consommer autant de produits, avec les mêmes critères de durabilité, mais des produits qui peuvent être issus des avancées technologiques), les industries n'auraient tout simplement pas pu se développer comme elles l'ont fait, la majorité de la population d'une certaine époque n'aurait pas travaillé en usine, certaines avancées qualitatives n'auraient pas vu le jour, le paysage et l'urbanisme n'auraient pas été les mêmes, etc. Le développement du désir de consommer toujours plus de produits industriels chez les masses a été un des leviers qui ont façonné le monde tel qu'il est aujourd'hui.
  • Du point de vue des représentations qu'ont les acteurs sociaux, son rôle a été considérable : il a généralisé l'idée que le bonheur s'épanouissait dans la consommation, celle que la bonne santé de la démocratie reposait sur l'industrie, celle que les masses sont soumises à des pulsions irrationnelles qui obligent à les gouverner sans qu'elles s'en rendent compte, et d'une manière générale, a développé l'attitude consumériste. L'attitude consumériste est celle de l'individu qui se comporte désormais en client non seulement dans un magasin, mais aussi par ce qu'il demandes aux politiques, la manière dont il agit dans son cercle privé, dans un mouvement social, etc. Ces représentations sont d'autant plus indécrottables aujourd'hui qu'elles sont désormais perçues comme des évidences, or on le sait bien : plus une idée est évidente, moins on s'arrête sur elle pour l'examiner.

(Res)Sources :

  • Propaganda, le livre de Bernays qui expose les principes de sa stratégie, est disponible sur internet, en français (voir aussi le bonus) et en anglais. La traduction française comporte une bonne préface de Normand Baillargeon dont sont tirées un certain nombre d'informations de cet article. Elle comporte en outre une bibliographie et "internetographie" très complètes. Il est aussi possible de l'acheter en librairie.
  • Citons aussi deux émissions de §§là-bas si j'y suis§§ consacrées à Bernays, à télécharger sur internet : Propaganda, d'Edward Bernays, Chomsky et Cie (2), et Petit cours d'auto-défense intellectuelle.
  • Il existe aussi un excellent documentaire (en anglais malheureusement) /Century of the Self/, d'/Adam Curtis/. Seuls les deux premiers volets concernent Bernays, mais les deux autres aussi sont excellents. Bon nombre d'informations présentes dans cet article viennent de ce documentaire, elles ont été ici traduites en français et mises à l'écrit pour ceux que la compréhension orale de l'anglais rebuterait.
    • Le tome 1 concerne exclusivement la vie de Bernays jusqu'à la seconde guerre mondiale.
    • Le tome 2 concerne le développement des relations publiques aux États-Unis après la seconde guerre mondiale, les considérations politiques sous-tendues par ses promoteurs (notamment Bernays), la vision d'Anna Freud sur l'utilisation de la psychanalyse pour le contrôle de l'individu.
    • Le tome 3 concerne le mouvement de contestation du consumérisme comme produit des relations publiques à partir de 1968 et plus tard, puis la manière dont ces revendications ont été finalement récupérées par les publicitaires et autres contrôleurs des masses.
    • Le tome 4 concerne la manière dont cette vision du consumérisme a forgé un individu consommateur au détriment de l'individu citoyen, et comment la gauche anglaise et américaine, en voulant s'adapter à cette nouvelle personnalité, s'est fourvoyée dans une conception clientéliste de la politique qu'elle ne parvient plus à dépasser aujourd'hui.
  • Vous trouverez quelques articles sur Bernays, notamment ici, et ici. On trouve aussi des choses sur le bog de Normad Baillargeon, notamment sa préface de Propaganda (la même que sur Zones) et un extrait du film Chomsky et Cie où il parle de Bernays.
  • Enfin, certaines informations ont été glanées ça et là sur internet, notamment sur wikipedia.