Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Page d'accueil | 2008-01 »

30/12/2007

Petra eo an digreskiñ ?

Setu ur pennad am boa skrivet evit bremaik.

Alies e vez komzet ouzh "an ekologourien". Met kuzhat a ra ar ger-mañ an dizemglev bras-spontus a vez etrezo, dre ma lak da grediñ e vezont holl a-du an eil gant egile. E gwirionez, n'emaint ket tamm ebet. Unan eus abegoù pennañ o enebiezhioù a sav, er mare-mañ, tro-dro d'ur gudenn : ha ret e vo da vab-den digreskiñ ar pezh a brodu hag ar pezh a vevez evit saveteiñ e blanedenn, pe daoust hag-eñ e vo trawalc'h dezhañ kavout diskoulmoù teknikel ha mirout e zoare da vevañ ? Emaomp o vont da ginnig un tammig luskad ar re a sav evit un digreskiñ eus an oberiantizoù saotrus ha koustus evit an douar. Diouzh un tu eo krog ar re-se da vezañ brudetoc'h-brudetañ, diouzh un all ivez e vez kontet muioc'h-muiañ a sotonioù diwar o fenn.

I. An orinoù

  • Skipailh Roma (Le Club de Rome), ha "danevell Meadows" : E 1972 ez eus bet embannet un danevell skiantel gant skipailh Roma, "bevennoù ar c'hreskiñ" e anv. En danevell-mañ e keñverient roadoù disheñvel ouzh buhez an dud (poblañs, beveziñ, krouiñ lastez, ...), hag e klaskent gouzout petra c'hoarveze ma kreske ar re-se e-pad pell. Bewech ar memes disoc'h : ma kresk unan anezho pe meur a hini e-pad re bell ez a mab-den da get, abalamour d'un enkadenn stag ouzh an endro. Hag int da lavarout deomp neuze : paouezomp gant ar c'hresk. Ne oant ket evit an disgreskiñ c'hoazh, dre ma komzent ouzh "chom hep kreskiñ" (la croissance zéro). Fall-tre eo bet degemeret o labour, met reuz en doa graet er mare-se. Un eil danevell a oa bet savet e 1992.
  • Nicholas Georgescu-Roegen : ur sell skiantel war an ekonomiezh. Ur fizikour ha matematikour troet d'an ekonomiezh eo Nicholas Georgescu-Roegen. Er bloavezhioù 70-80 en deus labouret kalzik evit kinnig e zoare da welet an ekonomiezh. Hervezañ, ne sell an ekonomourien all ouzh an ekonomiezh nemet evel un eskemm etre marc'hadouriezhioù hag arc'hant, hep teurel pled ouzh an danvezioù ret evit krouiñ ar re-se, ouzh al lastez a vez savet pa vezont taolet, nag ouzh an energiezh a vez bevezet e-pad o vuhez. Ma kemerer an holl draoù-mañ e-kont eo dav sevel un deorienn nevez ouzh an ekonomiezh, he devo muioc'h a liammoù gant skiantoù an natur (fizik, kimiezh, bevoniezh). Lakaat a ra e-pleustr ur pennaenn ouzh an termodinamik war dachenn an ekonomiezh : lezenn an Entropiezh. Hervez al lezenn-mañ, forzh petra ma reer ez a bepred ul lodenn ouzh an energiezh a c'heller ober ganti da get, pa vez treuzfurmet e gwrez, ha ne vezer ket evit implijout hounezh ken. Da laret eo n'haller ket treiñ betek difin un dra en un dra all, hag an eil tra en hini kentañ en-dro, hag an hini kentañ en eil, h.a., peogwir e vez kollet un tammig energiezh bewech, ha setu d'ur mare n'eus ket trawalc'h ken evit an dreuzfurmadenn. Kement-mañ a dalvez n'haller ket beveziñ un danvez (e lakaat da vezañ lastez), hag adsevel anezhañ (e lakaat da vezañ en-dro an danvez), ha beveziñ anezhañ en-dro, hep fin, peogwir e vez kollet un tammig energiezh da bep treuzfurmadur. Dre ma'z eo an douar ur metoù kloz e-keñver an energiezh eo dav bihanaat an niver a dreuzfurmadennoù a reer evit gallout implijout e-pad pelloc'h an energiezh a c'hellomp ober ganti, ha klask tennañ gounid ar muiañ-posupl ouzh ar vammenn-energiezh nemeti a zeu deomp eus diavaez an Douar : an heol.
  • Ivan Illich hag all : Tud all o deus klasket kemer an traoù en un tu all. N'o deus ket studiet levezon an ekonomiezh war mont en-dro an Douar, met hini an doareoù-bevañ er c'hevredigezhioù a-vremañ war eürusted an dud. Da lâret eo, ha pa ne vefe ket saotrus oberiantizoù mab-den er c'hevredigezh a-vremañ e vefe dav herzel gant lod anezho memes tra, peogwir n'int ket ar re wellañ evit mab-den. E-touez an dud o deus bet prederiet evel-se e vez kavet dreist-holl Ivan Illich ha Jacques Ellul, met ivez tud evel François Partant, Jean Baudrillard, Cornelius Castoriadis, Bernard Charbonneau. Setu ur skouer ouzh prederiadennoù Ivan Illich : kavout a ra deomp ez eer buanoc'h gant ar c'harr-tan eget gant ar marc'h-houarn. Met dav eo deomp paeañ evit ober gant ar c'harr-tan (eoul-maen, an asurañsoù, ar c'harr-tan, kempenn anezhi, ...), pa vez kalz nebeutoc'h da baeañ gant ur marc'h-houarn. Setu e vefe reizh ouzhpennañ, e-barzh padelezh ar veaj gant ar c'harr-tan, an amzer eo dav deomp labourat evit paeañ an traoù-se. Er bloavezhioù 1970 en doa neuze jedet Ivan Illich e oa "tizh gwirion" ur c'harr-tan tro 15km/e (!), o kontañ an amzer tremenet o labourat evit paeañ anezhi. Ma vefe adjedet hiziv e vefe c'hoazh kalz gorrekoc'h !

II. En amzer-vremañ

  • Enebiñ ouzh an "dioren padus" : hiziv an deiz, ma vez kaoz eus "digreskiñ" gant lod eo evit enebiñ ouzh ar re a gomz ouzh "dioren padus" (développement durable). Hervez luskad an digreskiñ, dre ma'z eo bevennet ment an Douar, hag ar c'hementad a zanvezioù a zo enni, eo sot soñjal e c'hell bezañ divevenn ur c'hresk ouzh implij an danvezioù-mañ. Dre ma vez kollet energiezh oc'h adaozañ al lastez, hag e vez bevennet kalz ivez gant ar c'hompoderezh, n'eus nemet un diskoulm : digreskiñ ar pezh a gemerer ouzh an Douar. Kement-mañ ne dalvez ket distreiñ d'an amzer-dremenet, met kavout doareoù da vevañ a c'houlenn nebeutoc'h digant an Douar. Da lâret eo, pa lavar luskad an "dioren padus" e c'hellimp kenderc'hel da vevañ evel ma reomp, hag eo araokadennoù teknologel a roio diskoulmoù deomp, e lavar luskad an "digreskiñ" e vo dav deomp cheñch hon zoareoù da vevañ.
  • An eoul-maen : Tud 'zo, evel Yves Cochet, a zo en em ziazezet war labourioù ar skiantour Marion King Hubbert, evit klask diouganiñ pegoulz e krogo enkadenn an eoul-maen. Gant un doare ispisial da jediñ en doa Hubbert, e 1956, rakwelet e tigreskfe produiñ an eoul-maen er Stadoù-Unanet e 1970. Ar gwir a zo bet roet dezhañ : e 1970 e krogas ar produiñ eoul-maen da zigreskiñ er Stadoù-Unanet. Ma vez lakaet e zoare da jediñ e-pleustr war live ar bed a-bezh, ha n'eo ket hini ur vro ken, e vez kavet e tigresko produiñ an eoul-maen tro... 2015 ! Alese e lavar Yves Cochet, dre ma vez dalc'h pep tachenn ouzh hon ekonomiezh ouzh an eoul-maen, e savo ur pezh-mell enkadenn, hag e vo dav soñjal pep tra en-dro : ober hep ar c'harr-tan evit an dud boutin, paouez da dreuzborzhañ marc'hadouriezhioù ha tud dre garr-nij, paouez da implijout louzoù evit al labour-douar, digreskiñ ar plastik a vez produet, ... Hervezañ neuze eo dav en em brientiñ diouzhtu d'ar c'hemmoù-se, dre ma c'hoarvezint a-benn nebeut, peogwir e vefe spontus ma n'eus bet graet netra pa zegouezho.

IIV : Tabutoù

  • An araokadur, ar skiantoù : Unan eus pennaennoù luskad an disgreskiñ eo ar soñj-mañ : n'haller ket fiziout er skiantoù evit diskoulmañ an holl gudennoù a sav. Kement-mañ ne dalvez ket eo didalvoud ar skiantoù war dachennoù 'zo, met evit ar c'hudennoù meur, ne vo ket trawalc'h kavout diskoulmoù teknikel ma ne cheñch ket an dud o zoare da vevañ. Ouzhpenn-se e vez meret bremañ darn vrasañ eus an enklask skiantel gant embregerezhioù pe gant an arme, ha pal ar re-se n'eo ket diwall ouzh an endro kement-se. Daoust hag-eñ e talvez emañ luskad an digreskiñ ul luskad a-enep d'an araokadurioù ? Ne gav ket din, hervezo eo dav kentoc'h ober enklaskoù war dachennoù all : kentoc'h eget kavout penaos lakaat an dud da brennañ muioc'h c'hoazh a draoù e vefe dedennusoc'h kavout penaos espern energiezh ha danvezioù en hon zoareoù da vevañ.
  • Disgreskiñ er vroioù paour ? Unan eus ar rebechoù a vez graet da luskad an disgreskiñ eo hounnezh : kit da c'houlenn digant ar vroioù paour beveziñ nebeutoc'h ! Koulskoude, n'eo ket digant an holl e vez goulennet digreskiñ ar pezh a vevezont. Evel-just, ar vroioù paour n'o deus ket ezhomm d'hen ober, ni an hini eo a ranko disgreskiñ ar pezh a vevezomp. Ha just a-walc'h, keit ha ma talc'himp da veveziñ kement ha ma reomp, n'hallo gwech ebet ar re all beveziñ kement hag en hon broioù, dre ma n'eus ket a-walc'h a zanvezioù war an douar evit se. Setu, evit ma vefe ingalet ar pezh a vez bevezet etre ar broioù eo dav deomp digreskiñ diouzh hon zu.
  • Ar boblañs : Daoust hag-eñ eo neo-malthusianourien tud an disgreskiñ ? Malthus, un ekonomikour saoz eus fin an XVIIIvet kantved, a soñje dezhañ e oa re a dud e Bro-Saoz, hag e oa kement-mañ abeg an holl drubulhioù a save. Hag eñ da ginnig : ne rankfer ket aotreañ an dud paour da gaout bugale ma n'o deus ket peadra da zesevel ar re-se. Evel-just, ne soñj ket tud an digreskiñ eo dav nac'hañ ar gwir da gaout bugale d'ar re baour. Koulskoude e soñj lod anezho e vefe dav digreskiñ niver an dud war an douar. Daoust da se n'eo ket soñj an holl anezho, pell alese. Hervez Serge Latouche, da skouer, ma vevfemp holl evel ur Burkinabè, e c'hellfemp bezañ 23 milliard a dud war an Douar hep mont dreist d'he c'halloudegezh-pourveziñ. Setu, o tigreskiñ ar pezh a vevezomp, ne vefe ket ezhomm da zigreskiñ niver an dud a zo war an Douar.

Un nebeud levrioù da lenn evit an hañv :

  • Nicholas Georgescu-Roegen, "La Décroissance; Entropie - Ecologie - Economie", emb. Ellébore-Sang de la Terre (2006)
  • Ivan Illich, "La perte de sens", emb. Fayard (2004)
  • Serge Latouche, "Le pari de la décroissance", emb. Fayard (2006)
  • Paul Ariès, "Décroissance ou barbarie", emb. Golias (2004)
  • Yves Cochet, "Pétrole Apocalypse", emb. Fayard (2005)
  • Jean-Paul Besset, "Comment ne plus être progressiste...sans devenir réactionnaire", emb. Fayard (2005)
  • Nicolas Ridoux, "La Décroissance pour tous", emb. Parangon (2006)

Pegoulz ez aio an eoul-maen da-hesk ?

Setu unan eus ar pennadoù am eus skrivet evit bremañ.

Ne baouez ket priz an eoul-maen da greskiñ. Gouzañvet e vez gwashoc'h c'hoazh gant ar Stadoù-Unanet eget ganeomp, dre ma vez gwanaet ar c'hresk-mañ evidomp gant kresk an €uro. Daoust hag-eñ eo liammet ouzh abegoù politikel hag ekonomikel ar mare, pe daoust hag-eñ eo un arouez eus mont-da-hesk ar c'hementadoù eoul-maen a gaver en douar ? Kement-mañ a vo gwelet ganeomp.
 

I : Un nebeud traoù da c'houzout

Marion King Hubbert eo ar skiantour brudetañ evit ar pezh a sell ouzh ar studiadennoù war mont-da-get an eoul-maen. Er bloavezhioù 1940 en doa kinniget un doare nevez da jediñ evit diouganiñ an devezh ma tigresko ar c'hementadoù eoul-maen produet. E 1956 e tisklêrias e krogfe produadur eoul-maen ar Stadoù-Unanet da zigreskiñ e 1970. Kement-mañ na blijas ket d'an dud er mare-se, hag ankouaet e voe...betek 1971. Pa voe merzet e oa bet lavaret gwir gantañ e voe taolet pled en-dro ouzh e jedadennoù.

Ar re o deus klasket lakaat e zoare da jediñ e pleustr evit ar bed a-bezh, ha n'eo ket ar Stadoù-Unanet ken, o deus diouganet e krogo ar produiñ eoul-maen da zigreskiñ e-tro... 2015, war-nes pemp bloaz. Koulskoude, pa glever an aozadurioù ofisiel stag ouzh an embregerezhioù pe ar broioù a brodu eoul-maen, ez eus c'hoazh peadra d'ober betek 2060, ma n'eo ket 2070.
 
Perak ez eus un diforc'h ken bras etre an daou ? Ober a ra an aozadurioù ofisiel gant ar c'hementadoù eoul-maen a gav deomp a vez kavet en douar. Ar re a jed diouzh doare Hubbert, diouzh o zu, a ra un diforc'h etre an eoul-maen a zo en douar hag an hini a c'hellimp implijout. Da skouer, pa vez re zon an eoul-maen, e lec'hioù diaes da gavout (dindan ar mor, er poloù), pe mesket gant traezh, e teu ur mare ma vez ezhomm eus muioc'h a energiezh evit kavout an eoul-maen-mañ eget an hini a vez roet gant hennezh. Setu, daoust ma vez eus an eoul-maen-mañ en douar, n'haller ket kontañ warnañ, ha n'eo ket onest lakaat hennezh ar c'hontoù.
 

II : Alioù lies

Aozadurioù lies a zo evit jediñ an amzer a chom deomp d'ober gant an eoul-maen, pep hini un ali disheñvel ganto. E-touez ar re-mañ e c'heller menegiñ :

  • Ofis Etrebroadel an Energiezh (AIE e galleg, EIA e saozneg) : savet e 1974 gant an OCDE. An aozadur "ofisiel" eo tamm pe damm. Emañ o paouez embann e zanevell ziwezhañ, e lec'h ma wel daou hent posupl evit an emdroadur. Gant an hini kentañ, ma ne vez graet netra gant ar broioù, e kresko an ezhommoù a 55% ac'hann da 2030, hag e vo graet gant 84% a energiezhioù o tont eus fosiloù. 116 milion a varikennadoù a vefe implijet bemdez, ha dont a rafe ar c'hresk eus ar broioù war greantelaat evit 74%. Kreskiñ a rafe kementad ar gazoù un efed-gor ganto eus 57%. En eil degouezh, ma cheñch ar broioù o folitikerezh, e vefe ezhomm eus 102 vilion a varikennadoù bemdez, hag e kreskfe kementad ar gazoù un efed-gor ganto eus 27%. Gwelet a reer e kont an aozadur-mañ ma vefe bevezet kalzik eoul-maen c'hoazh en dazont. Zoken en eil degouezh e kreskfe ar wrez eus 3°C. (http://www.iea.org/)
  • Aozadur evit Studiañ Pik an Eoul-Maen (ASPO) : Hennezh a ra gant jedadennoù Hubbert. 24 skiantour arbennikaet war an danvez a zo ennañ. Hervezañ e vo produet 65 miliard a varikennadoù eoul-maen bemdez e 2030 hag ez eo e-tro 2010 e krogo ar produiñ da zigreskiñ (o tigreskiñ abaoe 20 vloaz e vo dija produiñ an eoul-maen e 2030 neuze). (http://www.peakoil.net/)
  • Strollad Evezhiañ an Energiezh (EWG) : hennezh ivez a ra gant hentenn-jediñ Hubbert. Hervez hennezh eo bet tizhet ar pik e 2006, hag eo 39 milion a varikennadoù eoul-maen a vo produet bemdez e 2030. (http://www.energywatchgroup.org/).

Meur a abeg a zo da gement a zizemglev. Da gentañ penn eo diaes gouzout peseurt kementad eoul-maen a chom e pep bro. Broioù an OPEP (Strollad ar broioù pourvezerien pennañ an eoul-maen) ne reont netra evit disklêriañ resis peseurt kementad a chom dezho, setu e rank ar skiantourien ober gant ar pezh a gav dezho a chom, diwar elfennoù gwan a-wechoù.

IIV : Levezon an diouer a eoul-maen

Ma vefe kroget produadur an eoul-maen da zigreskiñ e 2006, ma krogfe e 2015 pe e 2030, n'eus ket kalz a ziforc'h : un deiz bennak ne vo ket mui a-walc'h a eoul-maen evit kenderc'hel da vevañ evel ma vevomp bremañ. Gwelomp un tammig peseurt tachennoù eus hon ekonomiezh a zo stag ouzh an eoul-maen :
 
Ar boued : ober a ra an hentennoù labour-douar arnevez gant produoù ouzhpenn a vez ledet war ar parkeier, ha kement-mañ a vez kavet a-drugarez d'an eoul-maen. Beajiñ a ra forzhik ar boued etre al lec'hioù ma vez produet, ar re ma vez treuzfurmet, hag ar re ma vez bevezet. Kement tamm plastik a vez implijet evit lakaat tro-dro d'ar boued a vez savet diwar eoul-maen. Gallout a reer da skouer gwelet disoc'hoù ar strollad PLANETE en deus jedet, evit un atant pe evit ur penn-chatal, peseurt kementad a eoul-maen a vez bevezet. En Europa hiziv e vez dispignet 10kWh a energiezh evit produiñ 1kWh a energiezh a vo kavet er boued.
 
An treuzdougen : a feur ma kresk priz an eoul-maen e teu da vezañ keroc'h-kerañ implijout e garr-tan. Gwashoc'h c'hoazh eo evit ar c'hirri-nij, dre ma ne vez ket kempouezet kresk ar priz gant an tailhoù (dre ma n'eus tailh ebet war ar c'herozen). Treuzdougen tud koulz ha marc'hadourezhioù a gousto neuze keroc'h-kerañ. Ar re baour an hini eo a vo tizhet gant ar gudenn-mañ da gentañ.

IV : Peseurt diskoulmoù ?

Gallout a reer soñjal e vo kavet diskoulmoù da gudenn an eoul-maen a-drugarez d'an teknologiezhioù nevez a roio tro deomp da gavout mammennoù all a energiezh. Siwazh, n'eo ket ken aes ha se an traoù.

  • Ar gaz : Evit poent n'eo nemet 22% eus an energiezh a implijomp a zo o tont eus ar gaz. Hag ar memes kudenn a vo gant ar gaz hag an hini zo gant an eoul-maen : n'eo ket peurbadel ar c'hementadoù a chom en douar.
  • Ar glaou : Evit ma c'hellfer implijout glaou en un doare aes, er c'hirri-tan, e vefe ret lakaat anezhañ da vezañ dourennek, met kement-mañ a c'houlenn kement a energiezh (ouzhpenn d'ar saotradur) ma n'eo ket un diskoulm tamm ebet.
  • An eoul-plant : komz a zo kalzik er mare-mañ da lakaat eoul savet diwar plant kentoc'h eget eoul-maen er c'hefluskerioù. Siwazh, n'eo ket un diskoulm tamm ebet. Evel m'emañ Greenpeace o paouez diskouez en un danevell bet savet ganti ("Cooking the climate") eo ur spont an eoul-plant e-keñver an endro.
    • Da gentañ, ne vefe ket trawalc'h outo evit an implijoù hon eus outo : evit gallout kenderc'hel da implijout ar 36 million a girri-tan a reer ganto e Bro-C'hall e vefe dav kreskiñ an tachadoù produiñ ed betek 9400%, ha beterabez betek 420%, pezh a zo dibosupl. Ha ma paouezfemp holl da zebriñ, a-benn gouestlañ holl tiriad labouradus ar bed d'ober parkeier da sevel eoul-plant, ha n'eo ket boued pe loened, e vefemp gouest da broduiñ evit 40% eus ar pezh a implijomp er mare-mañ. A dra sur, ne baouezimp ket holl da zebriñ evit ruilhal, met posupl eo ma savfe kevezerezh etre an tachennoù implijet evit magañ an dud hag ar re implijet evit magañ ar c'hirri. Kudennoù geopolitikel bras a savfe neuze.
    • Da eil, an hentennoù implijetañ er mare-mañ el labour-douar a ra emañ hounezh e-dalc'h ouzh an eoul-maen : evit ar stlejerien, al louzoù ouzhpennet war ar parkeier, an treuzborzhañ, ... Ma vez ezhomm 400mL eoul-maen a-benn produiñ 1L eoul-plant, ne vo ket gwall spletus !
    • Da drede, ur spont a vefe evit an endro. A-benn produiñ parkeier palmez e vez devet koadeier en Azia (Malezia, Sumatraz, Borneo, Indonezia, ...), gant ul levezon spontus war loened ha plant ar vro... ha gant CO2 eztaolet forzh pegement ! Ha ma n'eo ket koadeier met pradoù a vez lakaet da barkeier e sav ur gudenn ivez dre ma vez dalc'het teir wech muioc'h a garbon e douar ur prad eget e hini ur park. Evit digreskiñ an tiriad ret evit sevel plant a servijfe d'ar c'hirri e vefe dav mont davet ul labour-douar askoridikoc'h c'hoazh eget an hini a-vremañ, met hennezh a vevezfe muioc'h c'hoazh a produioù sintez eget bremañ... da lâret eo muioc'h a eoul-maen.
    • Da bevare : N'hall nemet an eoul-plant produet ar muiañ er mare-mañ bezañ ouzhpennet en eoul-maen, ha ket dreist d'ur feur bennak. Evit ma c'hellfe ur c'harr-tan ruilhal gant eoul-plant hepken e vefe dav produiñ ar re a vez savet diwar eoul hepken, met ar re-se o deus ar feur-produiñ ar bihanañ. Posupl e vefe ivez cheñch ar c'hefluskerioù evit ma c'hellfent mont en-dro gant ethanol, met se a dalvez e vefe dav cheñch an holl girri-tan, hag energiezh forzh-pegement a c'houlennfe an dra-se (hep kontañ an houarn, ar produioù savet diwar eoul-maen er c'hirri, ...)
    Setu eo dibosupl erlec'hiañ pep litrad a eoul-maen gant ul litrad eoul-plant. Met diskoulmoù all a zo : posupl e vefe aotreañ al labourerien-douar d'ober gant eoul-plant produet ganto : ne vefe ket ezhomm treuzborzhañ an eoul-maen amañ hag ahont, ha disammet e vefent eus an dra-se d'an nebeutañ.
    Jean-Marc Jancovici a lavar eo an eoulioù-plant "ur gudenn dedennus e-keñver al labour-douar, met un diskoulm a eil renk e keñver politikerezh an energiezh". Ur redi e vo neuze bihanaat an implij a reer ouzh ar c'harr-tan, hag ivez (arabat disoñjal an dra-se) an holl broduioù o deus ezhomm ouzh eoul-maen : produioù al labour-douar askoridik, ar re o tont a bell, ar plastikoù, hag all.

E gwirionez n'eus diskoulm gwirion ebet, peogwir bewech ma vez treuzfurmet un energiezh hag a zo en ur stumm en unan all a zo en ur stumm all, bewech en degouezh-mañ ez eus energiezh o vont da get, hervez lezenn an Entropiezh (ul lezenn eus an "thermodynamique"). Betek-henn n'hon eus ket merzet pegen marc'had-mat hag aes da implijout e oa an eoul-maen e-keñver forzh peseurt mammenn all a energiezh. Petra a chom d'ober neuze ? Kemm adalek bremañ hon doareoù da vevañ evit en em brientiñ tamm-ha-tamm d'ober hep eoul-maen. Ober nebeutoc'h gant ar c'harr-tan, ober gant re vihanoc'h, mont goustadikoc'h, prenañ boued o tont eus ar vro ha n'eus ket bet ezhomm ouzhpennañ traoù warnañ, paouez d'ober gant ar c'harr-nij, hag all.

Levrioù war an danvez :

  • Pétrole Apocalypse, Yves Cochet, Fayard 2005
  • La Vie après le pétrole, Jean-Luc Wingert, Autrement 2005
  • La face cachée du pétrole, Eric Laurent, Plon 2006

Titouroù war internet :

  • oleocene.org (e galleg)
  • dieoff.org (e saozneg)
  • energiekrise.de (e saozneg),
  • fromthewilderness.com (e saozneg)
  • lifeaftertheoilcrash.net (e saozneg)
  • odac-info.org (e saozneg)
  • oilcrash.com (e saozneg)
  • oilcrisis.com (e saozneg)
  • energycrisis.co.uk (e saozneg)
  • postcarbon.org (e saozneg)
  • after-oil.org.uk (e saozneg)
  • wolfatthedoor.org.uk (e saozneg)

Produoù OGK

Setu pennadoù am boa skrivet en un teuliad evit bremaik.

Aon o deus an dud rak ar produioù OGK (O Genoù Kemmet), met alies ne ouzont ket perak. Gwelomp un nebeud abegoù da sevel a-enep ar produioù OGK.

I : kudenn ar brevedoù

Sañset eo graet ur breved evit asuriñ perc'henti un ijinour war e ijinadenn. Met hiziv e vez aotreet da lakaat ur breved war forzh petra : spesadoù plant desavet abaoe pell, hag ivez war ar re nevez-savet dre gemm o genoù. Perc'henn eo an embregerezhioù bras (evel Monsanto, Novartis, ...) diouzh ar spesadoù nevez-savet ganto. M'en deus c'hoant ul labourer-douar d'ober gant ar spesad-mañ e rank paeañ ur skodenn dezho. Met ne vezer ket evit mirout ouzh ur blantenn da ledañ he c'hreun. An avel, da skouer, a zegas ar pollen a-bell, pe lod eus ar greun a gouezh ouzh ar c'hirri-samm pa vezont treuzkaset. Ma tiwan plant diwar ar greun-mañ e park ul labourer-douar e vo goulennet digantañ paeañ e lod. Prosezoù a zo e Kanada etre labourerien-douar ha Monsanto peogwir ez eus bet kavet plant OGK en o fark. Ar re-se, koulskoude, n'o deus ket dibabet kaout plant OGK en o fark, ha n'hellont ober netra evit mirout na errufent eno.

II : mestroni an embregerezhioù

Gwelomp bremañ peseurt strategiezhioù a vez lakaet e-pleustr gant an embregerezhioù bras-mañ evit mirout al labourerien-douar e-dalc'h outo.

Unan eus ar rummadoù maïs EGK gwerzhet ar muiañ a zo maïs gant ur gen harz outañ da vervel gant ar RoundUp. Evel-se e c'hell al labourerien-douar skignañ RoundUp war o farkeier, ne chom nemet ar maïs.

Ar memes embregerezh eo a werzh ar plant hag ar RoundUp : Monsanto. Ma implijer unan eo dav ober gant an eil.
Ha klevet ho peus komz ouzh ar gen Terminator ? E bal a zo herzel ouzh ar blantenn da c'hallout liesaat, da lâret eo e varv goude ur bloaz. Kinniget eo bet an dra-mañ war-zigarez herzel ouzh ar plant OGK d'en em ledañ tro-war-dro, met servijout a ra dreist-holl da rediañ al labourerien-douar da brenañ greun bep bloaz...
Klevet e vez ivez anv ouzh un deknologiezh nevez a harzfe ur blantenn da greskiñ keit ha ma n'eus ket bet lakaet ur produ savet gant Monsanto war-c'horre...

IIV : liesseurted ar genoù

Ar gwechoù paset hon eus gwelet kudennoù savet evit al labourerien-douar pa 'n em led greun OGK en o fark. Gwellomp bremañ ar pezh a c'hoarvez pa 'n em led ar greun-mañ e lec'h all.
Lod eus ar greun OGK a vez strewet en natur, hag en em lieskementiñ a reont, war goust ar plant a oa eno a-raok. Tamm-ha-tamm e vez erlec'hiet glad genetikel a-orin ul lec'h gant unan kemmet. Kudennoù lies a sav neuze : Da gentañ, hervez ar brevedoù eo perc'henn an embregerezhioù bras ouzh an holl greun bet savet ganto, hag ouzh "bugale" ar greun-mañ. Ha talvezout a ra e vo Monsanto perc'henn ouzh hon koadeier, a-benn nebeut ? Posupl eo. Da eil e vez erlec'hiet genoù liesseurt-kenañ gant un doare gen hepken. An dra-se a zo grevus-kenañ, peogwir eo a-bouez bras mirout ul liesseurted bras en dafar genetikel. Pa vez ur c'hleñved, ur gwallzarvoud, pe loened o tagañ ar plant, da skouer, ma vezont holl heñvel dirak ar memes kudenn, e varvont holl. Padal, ma vez spesadoù disheñvel, e varv unan outo, pa teu ar re all a-benn da zreistvevañ.

IV : an dianav

Perak eo ken pouezus ma vefe kelaouet an dud ez eus produoù OGK e-barzh o voued ?

Pal an teknologiezhioù kemm genoù a zo treuzborzhañ ur gen eus ur spesad d'unan all. Evel-mañ e c'heller kavout gen ur pesk e-barzh ur sivienn, pe hini ur pemoc'h en un domatezenn. Ar genoù-mañ a ro urzhioù evit krouiñ proteinoù arbennik d'ober un dra bennak. Er produoù O Genoù Kemmet e kaver neuze proteinoù o tont eus spesadoù na vezer ket boaz da zebriñ, lod na anavezer ket, h.a. Ha posupl eo e vefe tud 'zo klañv gant ar proteinoù-mañ. Meur a riskl a zo : n'ouzer ket re vat penaos ez eont holl en-dro en hon korf. Unan eus ar c'hudennoù pennañ a denn ouzh an allergiezhioù. Ma vez merzet un allergiezh goude bezañ debret produoù OGK, neuze n'eo ket diaes diouganiñ a belec'h e teu ar gudenn. Posupl eo neuze tennañ ar re-se ouzh ar stalioù, da skouer. Met, ma n'eo ket skrivet gant ar boued, neuze e vo dibosupl gouzout, hag e kendalc'ho ar produoù OGK da vezañ gwerzet, da reiñallergiezhioù d'an dud, hep ma c'hallfer gouzout pere a ra petra.

Ar gudenn n'eo ket kement-se an degouezhioù dianav, dre ma vez degouezhioù evel ar re-se bep taol pa vez taolioù-arnod er skiantoù. Ma'z eus ur gudenn eo kentoc'h peogwir e nac'h an embregerezhioù ober an taolioù-arnod a zere evit asuriñ ac'hanomp ouzh surentez ar pezh a reont, ha dre ma ne kelaouont ket o zitouroù e vo re ziaes distreiñ en a-raok ma vez kavet kudennoù gant o zaolioù-arnod.

V : klozadur

Setu, adwelomp buan ha buan an holl abegoù a zo da gaout aon rak ar produoù OGK : Da gentañ en em ledont e diavaez ar parkeier e-lec'h ma vezont produet, hag an embregerezhioù a sav traoù OGK a zo perc'henn warne, koulz war ar re en em gav er parkeier ha war ar re a zo en em ledet diaotre. An devezh ma vo kavet produoù OGK 'barzh ho liorzh e vo Monsanto perc'henn ouzh ho liorzh ! Da eil hon eus gwelet ne oa ket graet an OGK evit produiñ muioc'h pe gwelloc'h, met evit rediañ al labourerien-douar da brenañ ingal produoù an embregerezhioù bras. Gwelet hon eus ivez e tegase ar produoù OGK ur pezh mell gwander dirak ar c'hleñvedoù, dre ma lakaont al liesseurted genetikel da vont da get, hag eo al liesseurted-mañ an doare efedusañ da harzañ ma 'n em ledfe ur c'hleñved. An dra diwezhañ bet gwelet ganeomp a oa ar riskloù evit ar pezh a sell ouzh an allergiezhioù, dre ma veze implijet er produoù OGK traoù ha na vezont ket lakaet e boued an dud peurliesañ. Ha dre ma ne vez etiketenn ebet, n'eus ket tu da c'houzout ma teu ar gudenn ouzh ur produ OGK.

Evit gouzout e peseurt merkoù boued e vez kavet produoù OGK :
http://www.greenpeace.org/france/press/reports/guide-ogm-...

Ur pennad frommus da lenn : http://www.amisdelaterre.org/Le-genocide-OGM.html

Petra nevez gant an toull er gwiskad ozon ?

Setu unan eus ar pennadoù am eus skrivet evit bremaik pe bremañ

 

Abaoe pell n'eus ket klevet komz ouzh an toull er gwiskad ozon. Un nebeud gwechoù hon eus bet klevet ez ae war zisteraat, ha netra ken bremañ, ken ma c'hellfer krediñ n'eus ket outañ ken. Koulskoude ez eus nevezinti war an danvez.
 
Da gentañ, displegomp un tammig petra eo. Gant gwiskad ozon ar stratosferenn (etre 10-30km ha 30-50 km a-us deomp) e vez gwarezet ar boudoù bev dirak skinoù fallañ an Heol. Hepti ne vefe buhez ebet. Abalamour da zanvezioù 'zo (CFC hag HCFC), a veze implijet er yenerezioù da skouer, e vez taget ar gwiskad-mañ. E poloù an Douar e steuzia ar gwiskad ozon da vareoù 'zo eus ar bloaz : sed aze an "toull". Un eil gwiskad a sav ivez, izeloc'h, en droposferenn (dindan 10km a-us deomp) pa vez re saotret ar c'herioù, met hounez ne warez ket ac'hanomp tamm ebet, ha gwashoc'h c'hoazh, fall evit ar yec'hed eo analat ozon.
 
Ugent vloaz 'zo, e miz Gwengolo 1987 e oa bet dalc'het ur c'henemglev war an danvez e Montréal gant 191 vro. Ar pal a oa herzel tamm-ha-tamm ouzh ar produiñ gazoù evel ar CFC hag HCFC evit ma c'hellfe ar gwiskad ozon en em sevel en-dro. Evit ur wech, er c'hontrol ouzh kenemglev Kyoto, eo bet doujet ouzh ar c'henemglev-mañ gant an holl vroioù emezelet, hag efedus eo bet ar strivoù. E 2030 e rank an holl vroioù greanteret paouez penn-da-benn d'ober gant ar gazoù-mañ, hag e 2040 emañ an deiziad evit ar vroioù ha n'int ket greanteret. Ouzhpenn-se ez eus bet kavet gant skiantourien e oa ivez un efed-gor gant ar gazoù a zistruje an ozon, setu e vefe bet gwashoc'h c'hoazh tommadur an hin ma vefe bet kendalc'het d'ober gant ar gazoù-mañ. Kement-se a reas ma voe kinniget, e emgav Montréal ziwezhañ war an danvez, e miz Gwengolo, ma vefe harzet dek vloaz abretoc'h (da lâret eo 2020 ha 2030) d'ober gant ar gazoù-mañ, kement-mañ evit espern betek 3,5% a c'hazoù un efed-gor ganto.
 
Daoust da se e sav kudennoù : posupl eo ma ne vihanafe ket ken buan ha se an toull er gwiskad ozon. Unan eus an abegoù eo ar yenerezioù kozh a vez dalc'het e lec'hioù 'zo eus Afrika, e-lec'h ma ne vez ket distrujet ar gazoù noazus. Ouzhpenn da-se e vefe gwerzhet maez-lezenn, ha neuze hep bezañ disklêriet, betek ur c'hard ouzh produoù ar gazoù-mañ eno. Ha dre ma vez atav luziet an darvoudoù o tennañ d'an hin ez eo posupl ma vefe levezonet an ozon gant elfennoù all n'haller ket c'hoari warno.
 
Ar bloaz-mañ e oa erruet abretoc'h an toull er gwiskad ozon, ar pezh a reas aon d'ar skiantourien. Koulskoude n'eo ket ken bras ha se (tro 25 million Km²), un tammig nebeutoc'h eget warlene. Daoust da se, n'haller ket lavaret emañ o kregiñ da steuziañ. N'eo nemet tro 2065 e vo adkavet gantañ stad 1980.

10/12/2007

LRU : Questions/Réponses

Reprise d'une contribution que j'ai faite sur le WIKI LRU. Il s'agit de quelques réponses à des arguments que l'on entend souvent pour défendre la LRU.

Le Budget

Pénurie ? Mais le budget augmente !

L'argument : Vous nous parlez de pénurie budgétaire alors que le Ministère annonce une hausse du Budget destiné aux Universités, vous mentez !

La réponse : C'est vrai que le Budget des Universités va augmenter si la LRU s'applique. Mais l' "élargissement de leurs responsabilités", en matière budgétaire, s'accompagnera d'une hausse des charges, que l'État paye pour l'instant aux Universités, et qu'elles devront désormais payer par elles-mêmes. Par exemple, ce sera désormais aux Universités de payer la gestion du patrimoine mobilier et immobilier, les frais de fonctionnement divers, et les salaires des personnels. C'est très clairement exposé dans le Cahier des Charges : l'augmentation des charges qui incomberont à l'Université devra s'accompagner d'un doublement, voire triplement ou plus de leur budget, en fonction des Universités, si elles souhaitent continuer à fonctionner comme avant. Or regardez l'augmentation prévue du budget : correspond-elle à son doublement ? Pas du tout : à peine à une hausse de quelques pourcents, selon les manières de calculer.

Ainsi, l'État a beau jeu de dire qu'il augmente le Budget de l'Université, il oublie en réalité de préciser qu'il arrête de lui payer tout un tas de charges ! Malgré les effets d'annonce, l'État dépensera moins pour les Universités, et elles se retrouveront en situation de pénurie budgétaire.

De plus, il convient de voir à quoi sera attribué le supplément de budget : Examinons par exemple la promesse qu'il a faite à la rentrée d 1,8 milliards d'€uros en plus.

Sur cette somme, très peu est en fait alloué aux étudiants et à l'université. En effet, 381M€ serviront à l'accompagnement des universités pour mettre en place leur nouvelles responsabilités, alors que 455 millions serviront aux déductions des impôts des donateurs aux universités. De plus, 470 millions sont dégagés pour les salaires et retraites (dont la plupart pour des retard de paiements). Le reste est divisé entre la recherche et les étudiants(173 millions). Sur les 173 millions d'euros qui sont destinés à améliorer la réussite des étudiants, 45 millions serviront à "encourager le travail étudiant par exonération de l'impôt sur les salaires".

Entreprises = plus d'argent ?

L'argument : Vous êtes contre une loi qui nous permet d'avoir plus d'argent de la part des entreprises. C'est de votre faute si l'Université manque de moyens !

La réponse : Premièrement, la LRU ne consiste pas vraiment en un ajout d'investissement des entreprises à celui déjà existant, et demeurant intact, de l'État, mais plutôt à un remplacement du financement par l'État à un financement par les entreprises. Nous avons vu plus haut comment l'État réussit la prouesse de se désengager financièrement tout en déclarant donner plus aux Universités. Ainsi, ce n'est pas "avoir plus d'argent par les entreprises" qui nous arrivera, mais "remplacer le financement par l'État par celui par les entreprises".

Ceci s'illustre particulièrement bien dans la mise en place de fondations : puisque c'est par le biais de fondations que les entreprises financeront l'Université, ceci leur permettra de récupérer 60% de leur investissement sous forme d'exonérations d'impôts. Ainsi pour une même somme investie, là où l'État donnait 100%, il ne donne désormais plus que 60%. L'entreprise, quant à elle ne donne que 40%, mais paraît en donner 100%, et ceci lui permet d'avoir un droit de regard sur le contenu des formations et les orientations de recherche, de demander à ce que soient supprimées les filières qui ne l'intéressent pas, etc.

Interrogeons-nous maintenant sur la différence entre une Université financée par l'État et une Université financée par des entreprises. Dans le premier cas, on est dans le cadre d'un service public d'enseignement supérieur, qui permet l'éducation généraliste et la recherche désintéressée. Si l'Université doit répondre de ses actes, c'est à l'ensemble de la population qu'elle doit le faire, car c'est par l'ensemble de la population qu'elle est financée. Sa vocation est donc de répondre aux exigences de la population dans son ensemble.

Dans le second cas, on s'inscrit dans la logique préconisée aux entreprises en mal de rentabilité : l'externalisation des coûts. Il a été constaté qu'il est beaucoup plus rentable pour une entreprise de faire effectuer ailleurs un travail coûteux que de le faire soi-même. En payant l'Université pour ne pas avoir à former elle-même ses employés, l'entreprise gagne de l'argent. Par contre, cela signifie que l'Université est devenue un lieu de formation à bas coût pour les entreprises qui la financent. Elle n'a plus vocation à une formation généraliste et ouverte à tous, mais seulement à enseigner à un nombre restreint d'étudiants un contenu qui pourra être réutilisé par les entreprises. Puisqu'elle est financée par le patronat, ce n'est plus à l'ensemble de la société qu'elle doit rendre des comptes, mais au patronat uniquement. Or il n'est pas nécessaire de dire que tous les patrons sont l'incarnation de Satan pour comprendre que leurs intérêts peuvent être différents de ceux de la société dans son ensemble. Un patron vous le dira vous-même : "Même si je n'ai rien contre l'enseignement des l'histoire ou la philosophie, dans le contexte économique actuel, je ne pourrais pas me permettre de financer des formations qui ne me rapportent rien."

Pas de hausse des frais d'inscription

L'argument : Le ministère nous a offert la garantie que les frais d'inscription n'augmenterait pas : vous mentez !

La réponse : Premièrement : la garantie que les frais d'inscription n'augmenteront pas est fixée par un décret. Or un décret peut être posé ou sauter selon le bon vouloir du gouvernement, aucune concertation préalable n'est nécessaire pour cela. Ainsi, nous avons déjà vu que l'État, dans sa circulaire emplois 2008 du 07/09/07, lorsqu'il recommande de transférer aux enseignants-chercheurs les charges administratives, se déclare prêt à assumer les surcoûts de fonctionnement pour la première année seulement. Ceci peut nous éclairer sur sa manière d'agir : pour l'instant l'augmentation des frais d'inscription, si elle était déclarée, serait suicidaire, mais il est fort probable que la circulaire puisse sauter dans quelques temps, une fois l'opinion publique calmée. Lorsque les frais d'inscription augmenteront, cela se fera localement dans chaque Université, et il sera impossible d'envisager une mobilisation au niveau national.

Deuxièmement : il existe des manières contournées d'augmenter les frais d'inscription, notamment la mise en place de Diplômes d'Université, ou la levée de fonds de concours, prévue par l'article33. Au sein des Universités où la LRU est appliquée de manière précoce, on a observé une augmentation des Diplômes d'Universités. Rappelons que certains peuvent coûter jusqu'à 4800€. 

Troisièmement : certaines Universités augmentent déjà leurs frais d'inscription malgré le décret et ne sont aucunement poursuivies (par exemple, Rennes 2 prend 20€ illégaux sur certains masters d'histoire, en toute allégresse)

Sur la question des frais d'inscription, un grand nombre de président d'Université a déclaré qu'elle serait une conséquence inévitable de la mise en place de la LRU. Lisons avec profit Laurent Batsch, président de Paris Dauphine :

"Une rapide simulation sur l’université Paris-Dauphine apporte les indications suivantes. Si les droits d’inscription en Licence étaient portés en moyenne à 1000 euros, et si les droits d’inscription en Master montaient en moyenne à 2000 euros, l’université gagnerait quelques 7,8 millions d’euros de recettes complémentaires chaque année, soit près du tiers de son budget propre."

Dans sa Lettre d'orientation pour le contrat quadriennel du 12 novembre :

"Moyens matériels aussi: l'Etat a promis un effort; la Fondation donnera à Dauphine des ressources indispensables à moyen et long terme; mais rien ne pourra remplacer la contribution des étudiants eux-mêmes."

Pédagogie

Les licences pro

L'argument : Vous êtes contre la généralisation des licences pro alors qu'elles permettront aux étudiants de mieux s'intégrer sur le marché du travail

La réponse : Voir ici la réponse détaillée En bref : les licences pro n'auront aucune influence sur le nombre de postes qu'une entreprise peut ou veut bien créer, elles ne modifient que la manière dont sont choisis les postulants, dans ce nombre fixé de postes.

Le bureau d'aide aux étudiants

L'argument : Grâce à la LRU va être créé un bureau d'aide aux étudiants pour leur permettre de trouver un travail ou des stages !

La réponse : En effet, l'article21 prévoit la création d'un bureau de la sorte. Mais, premièrement, un juriste vous dira que ce genre de mesure n'a rien à faire dans la LRU, c'est plutôt l'objet de décrets (tout comme l'article39 sur les épreuves de médecine...). Deuxièmement, il existe déjà tout un tas de bureaux de ce genre (au CROUS, au CRIJ, à l'ANPE, ...) et, tout comme les licences professionnelles, ils n'ont aucune influence sur ce qu'une entreprise décidera de créer comme staes ou comme emplois. Troisièmement, ce bureau a pour rôle de "présente[r] un rapport annuel (...) sur le nombre et la qualité des stages effectués par les étudiants, ainsi que sur l'insertion professionnelle de ceux-ci dans leur premier emploi". On voit donc qu'il s'agit en fait d'élaborer des statistiques pour comparer entre elles les filières à débouchés rapides et celles à débouchés lents. Dès lors, il y a fort à parier que ces statistiques seront déterminantes pour l'attribution des crédits aux filières en question...

Gouvernance

Ça existe déjà

L'argument : Certaines choses que vous dénoncez avec la LRU existent déjà.

La réponse : Et alors ? Est-ce pour autant qu'il faut en faire une loi ? Je vois des gens griller des feux rouges dans la rue, vais-je pour autant faire une loi qui autorise les gens à griller des feux rouges parce qu'ils le font déjà ?

Ce dont ne se rendent pas compte ceux qui avancent cet argument, c'est qu'en disant cela, ils reconnaissent déjà que la LRU rend possible certaines dérives. La seule différence est que pour l'instant, ces dérives sont plus ou moins ponctuelles car à la limite de la légalité, ou totalement dans l'illégalité. Or, le principe de la LRU serait de rendre légal quelque chose sont on vient de reconnaître que c'était une dérive. Ici, le non-sens de cet argument prend toute sa signification.

Le gentil président

L'argument : Vous prenez le président pour un monstre.Une augmentation de ses pouvoirs n'est pas gênante, au contraire, s'il est gentil il pourra l'être encore plus !

La réponse : Nous ne nous abaisserons pas à répondre "oui mais s'il est méchant, il pourra l'être encore plus !" Nous nous contenterons de réfléchir sur ce qu'est une loi et ce à quoi elle doit servir.

Une loi est censée mettre un certain nombre de gardes-fous à des pratiques déviantes ou abusives, pour permettre à chacun de jouir de ses droits en ayant la place qui lui convient au sein de la société. Son problème n'est donc pas de savoir si la personne à qui elle s'appliquera sera gentille, méchante, grande, ou petite, mais si la place que cette loi donne à cette personne rend possible ou non certaines dérives ou certains abus. Or il se trouve que la LRU rend possible des abus de pouvoir : le président nomme les personnalités extérieures au sein du CA, il dispose d'un droit de veto sur l'embuache de personnels, affecte des primes, etc. Tout ceci fait que la LRU rend possible des dérives et des abus de pouvoir. Que ces dérives existent ou pas dans le futur, cela ne change rien au fait qu'elle ne remplit pas sa fonction de loi.

Cet argument du gentil président consiste un peu à dire "je vais faire une loi qui autorisera les gens à griller des feux rouges, mais je leur fais confiance, je sais qu'ils n'en grilleront pas !" : c'est totalement stupide.

Ressources humaines

La LRU contre les CDD précaires

L'argument : La LRU est une avancée dans le domaine de la sécurisation de l'emploi à l'Université (!) car elle permet désormais d'embaucher en CDI des gens qui jusqu'alors ne pouvaient bénéficier que de CDD

La réponse : En effet, l'article19 rend désormais possible l'embauche de CDI. Mais il y a deux choses à répondre à cela.

Premièrement, il existait déjà une mesure qui permettait de concrétiser sous forme de CDI un CDD ou une suite de CDD durant depuis 6 ans ou plus. La LRU n'est donc pas vraiment une nouveauté.

Deuxièmement, et de toutes façons, lorsque quelqu'un travaille à l'Université, c'est à dire dans le service public, ce n'est pas un contrat du type de celui d'une entreprise privée qu'il lui faut, mais un statut de fonctionnaire ! Sur ce plan, la réelle "avancée" de la LRU est qu'elle va remplacer des statuts de fonctionnaire par des contrats de nature de ceux que l'on a en entreprise...

14:10 Publié dans LRU | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : LRU, loi, autonomie, universités

LRU, la mobilisation donne ses premiers résultats, continuons !

Issu d'un tract que j'ai fait circuler à Rennes. Ca reprend des parties de l'argumentaire, mais c'est plus court,et ça répond aussi à l'actualité.

LRU : la mobilisation donne ses premiers résultats, continuons !

Le mouvement social pour le retrait de la LRU commence à donner ses premiers fruits. Les négociations entre le gouvernement et un syndicat désigné arbitrairement sans aucune représentativité du mouvement (l'UNEF) ont été totalement insatisfaisantes quant aux réelles revendications de ceux qui se mobilisent, par contre elles sont le signe le mouvement a pris suffisamment d'ampleur pour devenir significatif aux yeux de l'État. Pour ces deux raisons, le mouvement doit continuer.

Une augmentation du budget ?

On nous annonce une augmentation du budget de l'Université à l'issue des négociations.

Premièrement, la hausse du budget des Universités est une conséquence logique de leur nouvelles responsabilités financières, elle va de pair avec une hausse des charges que celles-ci devront payer et dont l'État se déchargera. Par conséquent, il ne s'agit que d'un effet d'annonce. Elle n'est pas le produit des négociations mais était prévue dans la mise en place de la LRU.

Ainsi, le Cahier des Charges (pp.3-6), document rédigé par des membres du gouvernement, prévoit qu'étant donné les nouveaux frais que l'Université devra payer, le budget de certaines devra être doublé voire triplé. Or l'augmentation qu'on nous promet (3 milliards par an pendant 5 ans) correspond à une augmentation de 10% du budget de l'Université. Cette augmentation est donc nettement insuffisante et mettra l'Université dans une situation de pénurie financière l'obligeant à recourir à d'autres sources de financement :

  • collectivités territoriales : générant une inégalité entre régions riches et régions pauvres,
  • étudiants : levée de fonds de concours pour l'entrée à l'Université (article 33), mise en place de Diplômes Universitaires payants (jusqu'à 4800€...) : l'augmentation des frais d'inscription, déguisée ou non, est averée par les déclarations de nombreux présidents d'Universités, favorables à la loi, elle leur permettra notamment aussi d'augmenter leur position dans le classement de Shangaï,
  • entreprises : la mise en place de fondations (art. 28, 29, 31, 33) permettra aux entreprises de récupérer 60% de leurs donations sous forme d'exonérations d'impôts : ce cadeau aux entreprises ne sera pas gratuit pour l'État,
  • autres : la vente de biens immobiliers et introduira des inégalités selon la spéculation immobilière locale, l'Université pourra se faire rémunérer pour des services au même titre qu'une entreprise, pourra vendre les droits de propriété intellectuelle de ses chercheurs, lever des fonds de concours, ... (art. 33).

Puisque chaque Université deviendra autonome, ces changements se produiront localement et empecheront ainsi toute mobilisation à l'échelle nationale. De plus, cette pseudo-augmentation du budget de l'Université se fait en revendant des parts sociales d'EDF. L'État n'investit donc rien, par contre il augmente la privatisation des services publics, ce que nous dénoncions déjà avec la LRU. De même pour les 11 millions prévus pour le logement étudiant : ils étaient au départ prévus pour désamianter l'Université de Jussieux...

Quant au sixième échelon de bourse qui n'a rien à voir avec nos revendications, nous sommes dans la fausse promesse la plus fallacieuse puisque la lettre de mission de Nicolas Sarkozy à Valérie Pécresse prévoit le remplacement du système de bourses par un système de prêt à taux 0. On nous promet donc quelque chose qui nous sera retiré dans quelques années.

Le cadre national des diplômes :

Les négociations ont abouti à a mise en place d'une mission sur le cadre national des diplômes. Premièrement, ceci prouve que Valérie Pécresse mentait lorsqu'elle disait que la LRU ne cassait pas le cadre national des diplômes, puisqu'elle reconnaît maintenant qu'il faudra les maintenir. Deuxièmement, la mise en place d'une commission qui dispensera des conseils n'empêchera pas la mise en place de Diplômes d'Université dans les Universités, et n'empêchera pas les entreprises d'attribuer une valeur différente à ceux-ci selon l'Université où ils ont été obtenus.

La multiplication des Diplômes d'Université, payants, et délivrés par chaque Université, au détriment de nos diplômes nationaux, aura pour conséquence la casse du cadre national des diplômes, avec ou sans mission fantoche. La reconnaissance d'un statut égal pour les titulaires de formations équivalentes est inscrite dans les conventions collectives de travail : la révision de ce statut égal obligera donc à remettre celles-ci en cause, et avec elles le Code du Travail.

Le risque à terme est une scission entre deux types d'Universités, à la manière du système anglo-américain : d'une part, des Universités haut classées dans le classement de Shanghaï (aux critères plus que discutables), Universités d'élites en matière de recherche et d'investissements, demandant des frais de scolarité exorbitants; et d'autre part, des sous-Universités, destinées à former à bon marché la main d'œuvre pour les entreprises locales (il existe déjà des licences pro "Disneyland Paris" et "Club Med" à Marne-la-Vallée).

Ce que les négociations ont oublié :

Outre le fait que les promesses n'ont aucune valeur, elles omettent la plupart de nos vraies inquiétudes quant à la mise en place de la LRU :

  • la politique pédagogique : l'élaboration de statistiques sur les taux d'insertion professionnelle des différentes filières qui auront une influence sur l'attribution de financements, la mise en place d'une préinscription obligeant les lycéens à subir un dispositif d'"information" qui consistera en un sermon sur l'inutilité de telle ou telle filière de culture générale. L'argument du chomage, utilisé pour justifier ce qui à terme aboutira à la suppression des filières d'enseignement généraliste, ne tient pas la route : le seul effet qu'aura la modification des contenus pédagogiques enseignés à l'Université est qu'au lieu d'avoir 10% de chômeurs titulaires d'une licence de lettres, nous aurons 10% de chômeurs titulaires d'une licence professionnelle : ceci ne modifiera en aucune manière les crédits qu'une entreprise souhaite ou peut attribuer à l'embauche de nouveaux personnels, par contre l'hyperspécialisation rendra la reconversion plus difficile.
  • les changements dans la gouvernance : le Conseil des Études et de la Vie Universitaire (CEVU), "garant des libertés politiques et syndicales des étudiants" (Code de l'Éducation, L612-6), ainsi que le Conseil Scientifique (CS), garant d'une évaluation sérieuse de la pertinence scientifique de la politique de l'Université, notamment en matière d'embauches, perdent tout rôle décisionnel (art. 8 et 9). De même, les commissions de spécialistes, formées d'experts élus sont évincées au profit d'un comité de sélection dont les membres sont nommés par le président. Le Conseil d'Administration (CA) délibère désormais sur tous les domaines, es modifications de répartition et de mode d'election le rendent totalement acquis au président (les enseignants-chercheurs sont pour la moitié au moins ceux de sa liste, les personnalités extérieures (de 23 à 40%) sont nommées par lui, la représentation des étudiants et des personnels IATOSS est diminuée). Les pouvoirs du président sont nettement accrus (art. 6) : son mandat devient renouvelable, il nomme les jurys, affecte les personnels, ordonne les recettes et dépenses. De plus, "il exerce toute compétence non-attribuée à un autre", et peut opposer son veto au recrutement d'un enseignant-chercheur. Il peut aussi nommer des contractuels (art. 19) pour enseigner ou pour la recherche, sans condition d'embauche cette fois-ci (aucun diplôme ni concours ne sont requis pour être nommé contractuel). Or, un enseignant contractuel nommé par un président peut siéger au CA et à son tour devenir président, la seule condition à ceci est qu'il donne 64 heures de cours en une année (art. 24) ! Est-il vraiment démocratique qu'un individu étant appelé à exercer autant de responsabilités ne soit plus désigné par les trois Conseils (au total : plus d'une centaine de membres), mais par le seul CA en effectif réduit à une vingtaine de membres ? De plus, la délégation aux Universités de la propriété et de la responsabilité des bâtiments permet toutes les dérives imaginables : locations à des entreprises, ventes, etc.
  • la politique de ressources humaines : Droit de veto du président à l'embauche de personnels, attribution de primes, nomination de contractuels en CDD ou CDI dont les statuts sont définis par le CA :  autant d'augmentations de la précarité dans le monde de l'Université. Le fait que les statuts de ces personnels contractuels soient définis par le CA rend possible deux types de dérives : d'une part, une rémunération attractive et peu d'obligations pour les enseignants-chercheurs contractuels nommés par le président, s'ils sont dans ses bonnes relations, d'autre part, un enchaînement de contrats à durée déterminée et mal payés pour les personnels d'entretien qui auraient du avoir accès au statut de fonctionnaire. L'Université paye désormais elle-même ses employés et choisit la répartition de l'argent. Elle a le droit de réduire les sommes dédiées aux personnels, mais pas de les augmenter, car ils sont soumis à un plafond. Si elle a besoin de plus d'employés que son plafond lui permet, elle devra baisser le salaire de ceux qu'elle paye déjà. C'est désormais le CA qui définit les principes de répartition des charges entre les différents personnels (art. 19). C'est une nouvelle manière d'économiser sur les postes en attribuant aux enseignants-chercheurs des tâches administratives, se dispensant ainsi de payer le personnel nécessaire pour cela. Le CA définit aussi la répartition du personnel au sein des différentes composantes (notamment, art.7, pt.5). Ceci  permettra de redéployer les effectifs en fonction de critères tels que la rentabilité des filières ou les intérêts des industriels, et non en fonction des besoins réels. La recherche devient elle aussi soumise à des impératifs de ré-exploitabilité par les entreprises si elle veut être financée. Elle perd alors son caractère fondamental.

Ailleurs qu'à Rennes, le mouvement va toujours grandissant. Des liens se développent avec les lycéens et les personnels de l'Université, un réseau d'information indépendant se met en place pour contourner les omissions et les déformations des médias. Parce que nous n'avons obtenu que de la poudre aux yeux, et parce qu'ils commencent enfin à s'ouvrir, nous lutterons jusqu'au retrait de la LRU.

11:10 Publié dans LRU | Lien permanent | Commentaires (0)

09/12/2007

Argumentaire anti-LRU

"LRU" désigne la Loi Relative aux Libertés et Responsabilités des Universités. Après plusieurs remaniements, une version définitive a été adoptée le 10 août 2007 et publiée le 11 août au Journal Officiel. Elle comprend 6 titres et consiste en modifications, ajouts, ou suppressions des Codes actuellement en vigueur (principalement le Code de l'Éducation, mais aussi le Code Général des Impôts). Elle a été adoptée en plein été, par une procédure parlementaire d'urgence, empêchant ainsi toute discussion.

Les Universités s'y conforment petit à petit, selon le degré de difficulté de mise en place des réformes. Il est prévu que les Universités soient totalement passées aux mesures préconisées par la LRU d'ici 5 ans (cf. titre VI, notamment art. 49). La LRU n'étant pas complète, certains détails sont fixés par décrets.
Les mesures qui nous effrayent sont contenues principalement dans les titres II (Gouvernance) et III (les Nouvelles Responsabilités). Nous dénonçons les modifications qu'elle induit, notamment sur quatre axes :

Budget

L'application de la LRU ne se traduira pas d'abord par une diminution du budget des Universités, mais par leur augmentation. Par contre, les charges que l'État paye actuellement à la place de l'Université (gestion et entretien du patrimoine mobilier et immobilier, salaires, frais de fonctionnement...) incomberont désormais à celle-ci (cf. Cahier des Charges, pp3-6). Certes le budget des Universités augmentera, le Gouvernement s'en vante suffisamment dans les médias. Mais cette augmentation ne suivra pas celle des nouvelles charges que l'Université devra désormais payer elle-même.

Ceci permet à l'État de déclarer qu'il augmente le budget de l'Université tout en économisant sur les charges qu'il n'a plus à lui payer. Nicolas Sarkozy est clair à propos d'une augmentation réelle du budget consacré à l'enseignement : "Nous insistons sur le fait qu'un bon ministre ne se reconnaîtra pas à la progression de ses crédits, mais à ses résultats et à sa contribution à la réalisation du projet présidentiel, y compris sur le plan financier." (lettre de mission à Valérie Pécresse du 05/07/07).

Cette augmentation insuffisante du budget de l'Université par rapport à l'augmentation de ses charges la mettra finalement dans une position de pénurie financière et l'obligera à trouver d'autres sources de financement (cf. art.33) :

  • les collectivités territoriales : le financement de l'Université par les régions engendre un risque de déséquilibre entre régions riches et régions pauvres, et ceci se traduira par une différenciation accrue de la qualité des prestations fournies par chaque Université.
  • les étudiants : même si ceci n'est pas écrit noir sur blanc dans les versions finales de la LRU, plusieurs présidents d'Universités ont déjà déclaré que l'application de la LRU se traduirait par l'augmentation des frais d'inscription. Le président de Paris Dauphine dit d'ailleurs lui-même "rien ne pourra remplacer l'apport des étudiants eux-mêmes" (discours du 12 novembre). Il dit par ailleurs que l'augmentation des frais d'inscription augmentera le positionnement de son Université dans les classements internationaux (classement de Shanghaï) : alors pourquoi se gêner ! Cette augmentation peut s'effectuer de plusieurs manières : remplacement des diplômes nationaux par des Diplômes d'Université payants (certains jusqu'à 4800€) comme c'est déjà le cas à Paris Dauphine, levée de fonds de concours pour l'entrée à l'Université, ...

Ce point est d'autant plus crucial que les ponctions aux étudiants se feront séparément et de manière différente pour chaque Université si la LRU est appliquée, ceci empêchera totalement une mobilisation à une échelle nationale.

  • les entreprises : la LRU offre la possibilité aux Universités de franchir un nouveau pas en matière de financement par les entreprises : la création de fondations et de fondations partenariales (articles 28, 29, 31, 33). Par le biais de celles-ci, les entreprises peuvent participer au financement des Universités de manière beaucoup plus générales (leur participation actuelle se limitant la plupart du temps à des contrats individuels de recherche). Malheureusement, ce n'est pas par pure bonté qu'une entreprise décide de financer une partie de l'Université : ceci lui permettra en retour d'avoir un droit de regard sur le contenu pédagogique enseigné dans les filières qu'elle finance, ainsi que sur les orientations de recherche. Le président de Paris Dauphine a clairement affirmé sa volonté d' "offrir des diplômes aux entreprises". Le président de Sciences Po de Lille, dans une lettre du 6 novembre à des donateurs potentiels, énonce sans ambages sa volonté de se soumettre à la volonté des donateurs : "Nous allons être sûrement nombreux à nous concurrencer pour tenter de vous convaincre. Saine émulation !"

Ce changement de sources de financement est d'autant plus injuste qu'il ne deviendra pas pour autant gratuit pour la collectivité : en effet, l'État remboursera 60% des donations d'entreprises et 66% des donations de particuliers aux donateurs, par le biais d'exonérations fiscales. Ainsi, l'État prétend ne pas avoir suffisamment d'argent pour financer les Universités, mais ceci ne l'empêche pas de rembourser les entreprises à 60% de leur investissement ! C'est ce que signifie le "désengagement financier de l'État" : à somme égale investie dans l'Université, l'État ne paye plus que 60% de ce qu'il payait auparavant. L'entreprise, quant à elle, ne s'engage qu'à hauteur de 40%, mais paraissant s'engager à hauteur de 100%, peut exiger en toute légitimité d'avoir son mot à dire sur les formations et la recherche.

  • autres : l'article 33 cite quelques autres sources de financement possibles : "la vente de biens, des legs, donations et fondations [les fondations organisent le financement par les entreprises], rémunération de services [l'Université peut ainsi vendre des services comme n'importe quelle entreprise], droits de propriété intellectuelle [possibilité de vendre à des entreprises les brevets déposés par les chercheurs de la fonction publique], fonds de concours [les étudiants doivent payer un concours d'entrée à l'Université], de la participation des employeurs (...) et de subventions diverses [régions, départements, villes, etc. : dépend de la richesse de ceux qui financent]". La vente de bâtiments, outre son caractère déplorable, favorise nettement les Universités situées dans des villes à forte spéculation immobilière. De plus, les fonds de concours autorisent clairement l'Université à mettre en place des concours de recrutement : malgré les dénégations de Valérie Pécresse, ceci consiste bien en une sélection à l'entrée de l'Université.

 

Pédagogie

Le cadre national des diplômes :

La multiplication des Diplômes d'Université, payants, et délivrés par chaque Université, au détriment de nos diplômes nationaux, aura pour conséquence la casse du cadre national des diplômes. La reconnaissance d'un statut égal pour les titulaires de formations équivalentes est inscrite dans les conventions collectives de travail : la révision de ce statut égal obligera donc à remettre celles-ci en cause, et avec elles le Code du Travail.

Le risque à terme est une scission entre deux types d'Universités, à la manière du système anglo-américain : d'une part, des Universités haut classées dans le classement de Shanghaï (aux critères plus que discutables), Universités d'élites en matière de recherche et d'investissements, demandant des frais de scolarité exorbitants; et d'autre part, des sous-Universités, destinées à former à bon marché la main d'œuvre pour les entreprises locales (il existe déjà des licences pro "Disneyland Paris" et "Club Med" à Marne-la-Vallée).

Pour nous convaincre que nous ne sommes pas dans le fantasme, citons Jean-François Dhainaut, Directeur de l’Agence nationale d’évaluation des performances des universités : "Aujourd’hui la France accueille 86 universités, alors qu’il en faudrait tout au plus 25 pour résister à la concurrence étrangère."; ou bien Nicolas Sarkozy "Vous identifierez quelques campus universitaires susceptibles de devenir des campus de réputation mondiale" (lettre de mission à Valérie Pécresse du 05/07/07).

La professionnalisation :

La LRU ainsi que le Cahier des Charges prévoient de manière récurrente (notamment art.20) d'établir des statistiques concernant les taux d'insertion professionnelle des différentes filières. Derrière ceci se cache la volonté de pouvoir comparer entre elles les différentes filières et de pénaliser financièrement, ou supprimer, celles qui sont jugées non rentables. Ceci sera d'autant plus vrai lorsque les entreprises exigeront un droit de regard sur le contenu des formations. Ainsi, le Cahier des Charges préconise (p.6) d' "allouer (...) des crédits (...) en fonction d'une appréciation de la performance des composantes ["composante" désigne notamment les UFRs et labos de recherche] et non pas seulement sur la base de critères physiques (nombre d'étudiants, etc.)". De même, Nicolas Sarkozy, durant sa campagne électorale, disait : "l'État doit (...) mettre progressivement des limites au financement de filières sans débouché". L' "orientation active" des étudiants est un thème récurent dans le discours de Sarkozy (notamment dans la lettre de mission), elle est préconisée par le rapport Hetzel du 24/10/06. Elle consiste à décourager les étudiants de s'engager dans des filières jugées non rentables car on ne perçoit pas leur application immédiate par l'industrie. Elle est entérinée dans la LRU par l'obligation, avant toute préinscription à l'Université, d'avoir subi un dispositif "d'information et d'orientation" (art. 20).

Ce sont ainsi toutes les filières d'enseignement généraliste mais non directement rentable qui sont touchées (sciences humaines, arts, lettres, philosophie, ...). Pourtant, si l'on y regarde de plus près, les arguments de la professionnalisation ne tiennent pas la route. Par exemple, les licences professionnelles sont présentées comme meilleures en termes d'employabilité, pourtant, lorsque l'on opère les statistiques non pas directement à la sortie de la licence, mais à partir de trois ans après son obtention, on constate que ce sont les licences générales qui ont un meilleur taux d'employabilité. De plus, le jour où 80% des sortants de l'Université seront titulaires d'une licence professionnelle, ceci ne signifiera pas que les entreprises verront subitement leur taux d'embauche atteindre 80%. Le nombre de personnes qu'une entreprise décide d'employer ne dépend pas du type de diplômes obtenu à l'Université par les étudiants, mais de ses besoins économiques. À l'inverse, une licence professionnelle hyperspécialisée se révèle être un handicap lorsque l'entreprise pour laquelle on a été formé n'embauche pas : voir le cas des étudiants de l'IGR qui ne sont pas tous embauchés à la sortie du Master Pro Carrefour, les étudiants de licence pro Alcatel à Lannion restés sur la touche après sa délocalisation, etc.

Ainsi, la professionnalisation n'est qu'une excuse pour n'entretenir que les filières rentables pour les entreprises, et supprimer toutes celles qui "se contentent" de fournir aux étudiants une éducation qui leur sera forcément utile par la suite, dans n'importe quel domaine que ce soit. D'ailleurs, Nicolas Sarkozy le dit lui-même : "Si nous voulons modifier en profondeur les structures et les modes d'intervention des administrations publiques, c'est pour que chaque euro dépensé soit un euro utile. (...) L'objet de cette révision générale des politiques publiques sera de passer en revue (...) les administrations publiques, d'en évaluer les résultats et de décider des réformes nécessaires pour (...) [en] rendre [le service] plus efficace et moins coûteux, et surtout réallouer les moyens publics des politiques inutiles ou inefficaces au profit des politiques (...) que nous voulons entreprendre ou approfondir." (lettre de mission à Valérie Pécresse du 05/07/07).

Gouvernance

Un autre aspect de la LRU est qu'il modifie en profondeur le mode de gouvernance au sein de l'Université. Ainsi, le Conseil des Études et de la Vie Universitaire (CEVU), "garant des libertés politiques et syndicales des étudiants" (Code de l'Éducation, L612-6), ainsi que le Conseil Scientifique (CS), garant d'une évaluation sérieuse de la pertinence scientifique de la politique de l'Université, notamment en matière d'embauches, perdent tout rôle décisionnel (art. 8 et 9). Le seul rôle qu'il leur reste est le suivant : "Il peut émettre des vœux" (art. 8 et 9). De même, les commissions de spécialistes, formées d'experts en une discipline, élus au sein des enseignants-chercheurs, chargées de se prononcer sur le recrutement des nouveaux enseignants, sont évincées au profit d'un comité de sélection dont les membres sont nommés par le président. Des prises de décisions sans connaissances scientifiques nécessaires risquent de déplacer les critères de sélection vers d'autres domaines : syndication des postulants, appartenances politiques, ...

La seule instance décisionnelle qui demeure est le Conseil d'Administration (CA). Au sein de celui-ci, la répartition des membres s'en trouve changée (art. 7). Puisqu'il est la seule instance décisionnelle restante, les 20 à 30 personnes qui le composent se prononcent sur tous les domaines : aussi bien la pédagogie que les embauches et la répartition de personnel, la gestion des biens immobiliers, la répartition des crédits, la vie universitaire, ... Les personnalités extérieures représentent de 23% à 40% de l'effectif du CA, elles sont nommées par le président. Elles doivent comprendre au moins un chef d'entreprise et au moins un autre acteur du monde économique. À Rennes1, la configuration la moins défavorable a été adoptée pour le nouveau CA, comprenant le moins possible de personnalités extérieures, et le plus possible de représentants étudiants et non-enseignants. Malgré tout, la représentation des personnalités extérieures a augmenté de 6,66 points, celle des étudiants a diminué d'autant, et celle des personnels non-enseignants (BIATOSS) a diminué de 3,33 points. Ainsi, même dans le meilleur des cas, la représentation des étudiants et personnels diminue au profit de celles d'intervenants extérieurs. À ces intervenants extérieurs, il faut ajouter les personnalités recrutées en tant que contractuels, nommées par le président, qui peuvent siéger comme représentants des personnels pour autant qu'ils dispensent 64 heures de cours par an (art. 24).

Les pouvoirs du président sont nettement accrus (art. 6) : son mandat devient renouvelable, il nomme les jurys, affecte les personnels, ordonne les recettes et dépenses. De plus, "il exerce toute compétence non-attribuée à un autre" (c'est à dire toute compétence qu'il souhaite exercer, puisque c'est lui qui les attribue), et peut opposer son veto au recrutement d'un enseignant-chercheur ("Aucune affectation ne peut être prononcée si le président émet un avis défavorable motivé"). Il peut aussi nommer des contractuels (art. 19) pour enseigner ou pour la recherche, sans condition d'embauche cette fois-ci (aucun diplôme ni concours ne sont requis pour être nommé contractuel). Or, un enseignant contractuel nommé par un président peut à son tour devenir président, la seule condition à ceci est qu'il donne 64 heures de cours... en une année (art. 24) ! Est-il vraiment démocratique qu'un individu étant appelé à exercer autant de responsabilités ne soit plus désigné par les trois Conseils (au total : plus d'une centaine de membres), mais par le seul CA en effectif réduit à une vingtaine de membres ?

De plus, la délégation aux Universités de la propriété et de la responsabilité des bâtiments permet toutes les dérives imaginables : locations à des entreprises, ventes, etc.

Ressources humaines

La LRU entérine une précarisation massive des personnels de l'Université, et des grandes disparités de traitement selon leur appréciation par le président. Outre le droit de veto à l'embauche déjà mentionné, notons l'attribution de primes au personnel. À ce sujet, le Cahier des Charges (p.11) préconise "de concentrer les primes sur un nombre raisonnable de bénéficiaires pour en élever le montant moyen et leur conférer ainsi un caractère incitatif". La possibilité de nommer des personnels avec un contrat à durée déterminée, ou indéterminée (art. 19), comme dans les entreprises, plutôt qu'avec le statut de fonctionnaire, représente aussi une grande avancée de la précarisation au sein de l'Université. Le fait que les statuts de ces personnels contractuels soient définis par le CA rend possible deux types de dérives : d'une part, une rémunération attractive et peu d'obligations pour les enseignants-chercheurs contractuels nommés par le président, s'ils sont dans ses bonnes relations, d'autre part, un enchaînement de contrats à durée déterminée et mal payés pour les personnels d'entretien qui auraient du avoir accès au statut de fonctionnaire.

La dotation de l'État devient globale (art. 18), alors qu'auparavant elle était divisée en grands secteurs. L'Université devient donc libre de choisir la répartition de ses crédits (c'est la "fongibilité asymétrique" dont parle le Cahier des Charges). Ainsi, les personnels de l'Universités sont directement payés par celle-ci, et non plus par l'État. Malheureusement, la somme dédiée aux personnels est limitative et soumise à un plafond. En d'autres termes, il est possible de moduler les crédits en baissant les investissements sur les salaires pour les consacrer à des frais de fonctionnement, mais l'inverse est impossible. Le plafond ne concerne pas le nombre d'emplois, mais la "masse salariale" pour les payer. Ainsi, s'il est nécessaire d'augmenter le nombre d'emplois, mais si le plafond est déjà atteint, il suffit de moins payer ceux qui existent déjà.

Cette liberté de répartition, associée à de nouvelles responsabilités quant à l'entretien de l'immobilier possède un certain nombre de conséquences : on laisse pourrir les bâtiments tant que l'on n'a pas l'argent suffisant pour les entretenir, et lorsqu'un investissement massif devient nécessaire, c'est d'autant que l'on devra ponctionner sur le reste du budget.

C'est désormais le CA qui définit les principes de répartition des charges entre les différents personnels (art. 19). C'est une nouvelle manière d'économiser sur les postes en attribuant aux enseignants-chercheurs des tâches administratives, se dispensant ainsi de payer le personnel nécessaire pour cela. Ce transfert de charges administratives aux enseignants-chercheurs est d'ailleurs préconisé par la circulaire emplois 2008 du 07/09/07.

Le CA définit aussi la répartition du personnel au sein des différentes composantes (notamment, art.7, pt.5). Ce "repyramidage" dont parle le Cahier des Charges permettra de redéployer les effectifs en fonction de critères tels que la rentabilité des filières ou les intérêts des industriels, et non en fonction des besoins réels.

Cette précarisation a de nettes conséquences sur les chercheurs : d'une part, la recherche devient une variable d'ajustement budgétaire, d'autre part, les enseignants-chercheurs sont soumis à une pression accrue en termes de publication et d'exploitabilité des leurs découvertes par l'industrie. Le passage d'un financement autour d'équipes à un financement autour de projets en est un symptôme criant. Les chercheurs seront incités à publier souvent, et des contenus susceptibles d'être ré-exploités par les entreprises qui les financent, ou dont les droits de propriété intellectuelle pourront être revendus par l'Université. On est loin de la recherche fondamentale et désintéressée... Laissons Nicolas Sarkozy illustrer ces priorités : "S'agissant de la recherche, vous ferez évoluer nos grands organismes de recherche vers un modèle davantage fondé sur celui d'agences de moyens finançant des projets.(...) Vous veillerez à ce que nos équipes publiques de recherche soient évaluées dans un cadre ouvert, et surtout à ce que l'évaluation ait des conséquences opérationnelles dans l'attribution des moyens. (...) Vous encouragerez les brevets et la création d'entreprise au sein des universités par un dispositif de zone franche fiscale." (lettre de mission à Valérie Pécresse du 05/07/07).

19:15 Publié dans LRU | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : LRU, loi, autonomie, universités

Pourquoi je quitte MySpace et pourquoi vous devriez en faire autant

Ca y est, enfin, après de longues tergiversations, ma décision est prise : je quitte MySpace. Je vais supprimer une page que j'avais mis un certain temps à fignoler, qui marchait assez bien, qui m'a permis de découvrir un certain nombre d'artistes intéressants, et d'être découvert moi-même. C'est sûrement un peu dommage, mais à mon avis je perds beaucoup plus en restant sur MySpace qu'en le quittant. Je vais essayer de m'expliquer un peu pour justifier ça. Puisse ce témoignage faire exemple...

Comme tout le monde, j'ai créé cette page sans trop me poser de questions : ça paraissait un outil intéressant, utile pour diffuser sa musique, nécessaire pour être "dans le coup" sur internet, pratique pour prendre contact avec d'autres musiciens, ... Quand on crée une page comme celle-là, la plupart du temps on ne prend pas la peine de réfléchir et de s'informer : à qui ça appartient ? à quelle logique ça répond ? à qui ça bénéficie ? quelles conséquences aura le fait de mettre ses oeuvres sur MySpace, au niveau de la propriété intellectuelle ? Ce sont des questions qu'on ne se pose pas. On devrait peut-être. Et si l'on ne se les est pas posées avant, il est toujours temps.

Ce texte est long. Je préfère que vous n'en lisiez qu'un petit bout, plutôt que pas du tout, aussi je vous dis ici quelles parties concernent quels sujets.

  • La partie 1 évoque certains reproches qui sont adressés à MySpace mais qui ne seront pas abordés ici. Elle n'est utile que pour celui qui veut avoir une vue d'ensemble du sujet.


  1. Situons le problème :

Dans un premier temps, il est utile de préciser sur quoi portera ma critique de MySpace. Je parlerai du profil "MySpace Music" principalement, et non du profil MySpace standard, que je n'ai pas utilisé.

On trouve sur internet tout un tas de bonnes raisons pour critiquer le profil MySpace standard :

Très bien, c'est bien de savoir tout ça sur MySpace, malheureusement ce n'est pas le pire, et surtout, la cause de ces problèmes réside surtout dans l'usage que certains font de MySpace, et non pas de ses caractéristiques en-soi. Or là où MySpace est le pire, c'est dans son essence-même (eh ouais ! carrément !).

MySpace est mauvais pour deux raisons : pour sa logique intrisèque, et pour les personnes qu'il enrichit. Avant d'aborder ces problèmes, défendons d'abord MySpace sur un point : certaines critiques sur internet disent que le fait de mettre sa musique sur MySpace en dépossède le créateur au niveau de la propriété intellectuelle : c'est faux. MySpace ne devient pas propriétaire de la musique qu'on y met. Par contre, il s'arroge les droits d'en faire un certain usage. Pour le savoir précisément, lisez attentivement les conditions d'utilisation (ou ici) que vous auriez dû lire dès le début.

Nous ne parlerons pas non plus des polémiques sur l'origine de MySpace (aussi ici, chapitre "Controversy over corporate history") (qui l'a inventé ? Tom Anderson, son inventeur présumé, existe-t-il vraiment ?), mais il est bon de savoir qu'elles existent.

  1. La logique MySpace :

La "logique MySpace" se décline sur différents aspects :

  1. Logique commerciale :

MySpace est un produit de commerce, tout le monde le sait et personne ne dira le contraire. On a tous suffisamment subi les agressions publicitaires de certains pour s'en rendre compte. Mais l'agression publicitaire n'est pas propre à MySpace. Ce qui est vraiment gênant, c'est que MySpace sert précisément à se faire soi-même de la pub. Le musicien utilise cet outil pour faire sa promo, il se transforme, qu'il s'en rende compte ou non, en publicitaire.

Ainsi, il est courant de voir des gens dont par ailleurs on peut apprécier les qualités artistiques se transformer en auto-publicitaires intrusifs et sans vergogne, n'hésitant pas à se faire des milliers d'"amis" pour fourguer le plus possible de leurs affreux placards publicitaires. Ou encore, des gens qui s'échangent publiquement des messages trop privés pour ne pas être suspects. Et ainsi on profite de nos connivences dans le monde réel pour générer du trafic sur notre propre page... Chouette je vais lui écrire un mot, lui mettre une image, ça me fera venir du monde. Ah mince, oui c'est vrai il faut que je trouve quand-même quelque chose à lui dire pour être affiché sur sa page. "Thanks for the add. J'aime beaucoup ta musique. Elle était bien la soirée l'autre jour mais t'as oublié tes chaussettes." Et hop ! Le tour est joué !

Le plus gênant, ce n'est pas que certains fonctionnent comme ça sur MySpace. Pour eux, MySpace n'est qu'un outil, et sans cela ils fonctionneraient autrement avec un autre outil. Non, ce qui est vraiment dérangeant, c'est que MySpace nous fait nous-même rentrer dans cette logique-là. On est là pour ça, on est sur MySpace pour se faire de la pub, et tous les moyens sont bons. A ce jeu-là, certains sont plus subtils que d'autres, mais dans l'idée, les musiciens ne créent pas une page MySpace pour la déco, mais pour se faire connaître. Il serait totalement ridicule d'entendre un musicien dire "j'ai une page MySpace, mais ce n'est pas pour ma promo" : ah bon, et elle te sert à quoi alors ta page MySpace ? En ce qui me concerne, ce qui a vraiment commencé à me déranger, c'est quand je me suis rendu compte que moi-même, sur MySpace, j'entrais aussi dans cette logique commerciale d'autopromotion opportuniste que je fuis tant dans le "monde réel". Moi aussi j'étais content de voir que mon compteur de visites augmentait quand j'écrivais un commentaire sur une page très visitée.

On pourrait aussi parler de toutes ces photos de femmes à demi nues qui traînent sur MySpace, dans le seul but de faire cliquer le mâle libidineux et de le faire tomber dans le piège commercial. Si ces photos me gênent, ce n'est pas parce que je serais un puritain, et que la vue de femmes à demi nues me ferait rougir derrière mon écran, mais parce qu'elles instrumentalisent les femmes, en font de véritables objets sexuels, dans le seul but de se faire du fric en touchant les instincts les plus primaires des hommes. Et ça marche.

  1. Logique conformiste :

Comme outil de communication, MySpace est d'un désespérant conformisme. Tout le monde a la même page, construite de la même manière, avec seulement les couleurs et les photos qui changent. Où est passée la créativité ? Comment peut-on créer vraiment quelque chose de personnel (exprimer "sa différence", comme dit l'autre...) sur un outil aussi formaté ? L'intérêt de faire soi-même son site web est qu'il est révélateur de notre personnalité, de ce que l'on souhaite montrer aux autres. Sur MySpace, tout a la même page et utilise les mêmes générateurs de codes (avec la même petite ligne de pub dans son profil) pour se donner l'impression d'avoir quelque chose de personnel. C'est d'un pathétique affligeant.

  1. Logique de selection et d'exclusion :

MySpace répond à une logique d'exclusion : la première, la plus caractéristique concerne celui qui n'a pas de profil MySpace, le visiteur lambda. A l'heure du web 2.0 et des wikis, dont le principe est que chaque visiteur peut y apporter sa touche, MySpace paraît fonctionner de manière archaïque : il fait encore partie de ces sites qui demandent aux gens de s'inscrire pour participer. En vérité, c'est surtout que tout est fait pour frustrer l'utilisateur moyen qui ne peut rien faire tant qu'il n'a pas créé son profil. Le but est ainsi de le pousser à en créer un.

La seconde exclusion que MySpace opère, est celle des aveugles et des mal-voyants. Les concepteurs d'une page web, s'ils sont consciencieux de l'accessibilité de leur page à tous, vont s'arranger pour coder leur page dans une syntaxe de balises claire et cohérente, qui fera qu'un navigateur à synthèse vocale pourra comprendre la structure du site, le rôle de chaque élément, et lire correctement et dans le bon ordre les informations à son utilisateur. Or, MySpace est codé n'importe comment. Il est totalement opaque pour un navigateur à synthèse vocale. D'autres caractéristiques techniques de MySpace (structure en tableaux, utilisation de Flash, ...) font que, dans sa structure technique même, il met de coté tout un tas d'utilisateurs.

Troisièmement, MySpace est testé et semble bien fonctionner sous Internet Explorer, l'explorateur de la marque commerciale Microsoft. Mais tous les navigateurs n'interpètent pas le code d'une page de la même manière : le rendu graphique peut être différent selon les navigateurs. Au passage, notons que c'est Internet Explorer qui ne se conforme pas aux normes édictées en la matière par les spécialistes du W3C. C'est le travail du concepteur de vérifier que son site s'affiche bien sous la plupart des navigateurs utilisés. Or les problèmes d'affichage de pages MySpace, sous Firefox notamment (qui représente quand-même 20% de la navigation !) sont fréquents. J'en tiens pour preuve mon expérience personnelle sur plusieurs pages dont seulement l'image d'arrière-plan s'affichait, ...

MySpace exclut aussi les ruraux qui n'ont pas l'ADSL, puisque la plupart du temps, les airs ne sont pas téléchargeables sur une page MySpace, on ne peut les écouter qu'en direct. Or, la vitesse de connexion d'une ligne téléphonique est insuffisante pour écouter ces airs en direct. a chaque fois que l'on ne propose pas ses airs en téléchargement, on exclut d'une part ceux qui n'ont pas la vitesse de connexion nécessaire pour les écouter en direct, d'autre part ceux qui consultent le site à partir d'un ordinateur public et qui ne peuvent pas écouter la musique directement en naviguant, mais qui attendent de pouvoir la mettre sur leur clé USB, ou de la télécharger pour pouvoir l'écouter plus tard chez soi.

Quatrièmement, MySpace tente actuellement d'exclure de ses profils tout ce qui y est ajouté et qui n'a pas été produit par une filiale de MySpace. Ainsi, en décembre 2005, le site avait tenté de bannir les vidéos YouTube, pour ne plus autoriser que les vidéos provenant de MySpace Video. Face aux protestations des utilisateurs, le site avait réintégré YouTube, par contre les applets et autres widgets moins populaires sont exclus sans vergogne :  Stickam, VideoCodeZone, Project Playlist, Revver, Vidilife, Imeem, Indie911, ...

Cinquièmement, MySpace, tant vantée comme la plateforme qui fait monter les nouveaux talents, est organisée de manière à faire le contraire. MySpace supprime automatiquement toute petite page dont les visites progressent trop vite, car elle est alors suspectée de fraude. De plus, MySpace a signé en Octobre 2008 un contrat avec les plus grands labels de disques faisant en sorte que ceux-ci bénéficient "équitablement" de ses avantages (argent et exposition sur le site), alors même que les petits labels indépendants, qui fournissent une bonne part de son contenu à MySpace, seront tout simplement exclus de la redistribution : ils auront seulement le droit de proposer du contenu pour lequel les majors empocheront encore plus de fric. Alors, MySpace est-il vraiment le cavalier blanc au service des artistes inconnus ? Laissez-moi rire...

Enfin, MySpace opère une politique de censure (voir aussi ici), d'autant plus opaque que toutes les dénonciations de cette censure sont aussitôt elles-mêmes censurées. Sous prétexte d'opérer une censure légitime (notamment les contenus violents, sexuellement explicites, incitant à la haine raciale, déposés sous un copyright), MySpace exclut aussi certains messages subversifs, à connotation politique trop prononcée, ou pas du bon coté, ... Ceci est tout naturel : c'est la logique de NewsCorp., l'entreprise de Murdoch à laquelle appartient MySpace, spécialiste de la manipulation d'opinion, de l'omission de données trop gênantes, de la désinformation (cf. point 3)...

Un bon exemple d'un moyen par lequel s'opère cette censure : le site www.msplinks.com. Chaque lien que l'on trouve à l'intérieur d'un commentaire MySpace est transformé par MySpace en lien vers msplinks, et msplinks choisit ou non de renvoyer l'utilisateur vers le vrai site qui correspond au lien. Ainsi on crée un intermédiaire qui permet de filtrer les liens, notamment ceux de spam. Certes, mais on peut aussi s'en servir pour filtrer tous les liens contestataires envers MySpace, ou pour créer une immense base de données sur laquelle on recense qui clique sur quels liens, etc.

Après l'exclusion, la sélection : avec MySpace, on sélectionne ceux qui ont l'honneur d'avoir le droit de nous parler, et on relit les commentaires avant qu'ils soient publiés. C'est assurément faire preuve d'une grande honnêteté que de n'accepter seulement ceux qui sont acquis à notre cause et qui ne feront que chanter nos louanges...

  1. Logique hypocrite :

Une fois qu'on a exclu tous ces gens qui décidément ne valent pas le coup puisqu'ils ne serviront pas à faire notre promotion, on reste "entre amis". Mais cela n'empêche pas certains de se retrouver avec des milliers d' "amis" ! Ce terme "ami", dont on pourrait penser qu'il ne s'agit que d'une mauvaise traduction du mot "friend", est en fait tout à fait significatif de l'esprit qui règne sur MySpace : ici, tout le monde il est beau, il est gentil, il est mon ami. Personnellement, je trouve cela vraiment gênant d'utiliser le terme "ami" pour désigner ce que cela désigne sur MySpace, car je ne réserve ce terme qu'à certaines relations intimes. Mais il n'y a rien de surprenant à ce qu'un sentiment comme l'amitié soit récupéré dans le simple but de se vendre. Au passage, cela débouche sur des messages d'erreur très drôles, comme "il faut être l'ami de quelqu'un pour envoyer un commentaire"...

Et parmi tous nos amis, il y en a un qui est vraiment gentil : c'est Tom. C'est notre premier ami. Il est tellement gentil qu'il a 220 millions d'amis. Et il est tellement fort qu'il parvient à leur envoyer des messages personnels à chacun d'eux. Il faut lui demander comment il fait ! Tom, c'est l'exemple type de la récupération du sentiment de confiance et de relation simple avec quelqu'un de simple, dans l'unique but de nous refourguer de la pub.

Une autre récupération, celle qui à mes yeux est beaucoup plus grave, c'est celle des utilisateurs eux-mêmes, qui s'envoient perpétuellement des mots doux dans le simple but d'être visibles de la page d'un autre (même si ce n'est jamais, bien sûr, le motif officiel). Deux cas de figures se présentent ici :

  • Dans le premier cas, l'utilisateur n'apprécie pas forcément la musique de celui dont il visite la page, mais il souhaite être présent dessus. Il enverra donc un commentaire bateau, une image, ou un faux compliment. Le faux compliment est un stratagème plus efficace, puisque d'une part, on est certain qu'il sera accepté par le propriétaire de la page puisqu'il flattera son ego, et d'autre part, on sait que les visiteurs de la page, qui sont censés en apprécier le contenu, y seront plus sensibles. La seule chose qui peut pousser quelqu'un à ne pas faire de faux compliment, c'est éventuellement sa mauvaise conscience quand il en fait un.

  • Dans le second, l'utilisateur apprécie réelement la page qu'il visite. Il se peut même qu'il connaisse réelement la personne dont il est sur la page. Alors, il laissera un petit mot, toujours gentil, teinté d'un événement personnel qui montre aux visiteurs que les deux personnes se connaissent, si possible, ce qui permet d'augmenter la chance que l'on clique sur son profil à partir de son commentaire.

Dans les deux cas, il est dans l'intérêt d'un usager d'en complimenter un autre. Nous sommes face à un choix : soit l'on est hypocrite, soit l'on récupère une affinité réelle pour s'en servir pour son autopromotion.

  1. Logique infantile :

Les compliments sur MySpace ont aussi une particularité : il est tellement plus simple de dire par l'ordinateur ce que l'on n'aurait jamais osé dire en vrai à quelqu'un. Ainsi, MySpace rend possible le compliment à outrance et à tout le monde. Qui dit compliment dit personne complimentée, et satisfaction de son ego. Et, puisque nous avons vu que sur MySpace on est toujours assuré de n'avoir que les mots gentils (car on sélectionne avec qui on dialogue, et car ceux qui nous écrivent ont intérêt à nous complimenter), on se rend compte que finalement MySpace est une machine à toujours recevoir des compliments ! C'est bien pratique !

Ainsi, on en arrive à des situations où les musiciens n'arrêtent pas de faire gonfler mutuellement leur orgueil en se flattant. Ces situations ne correspondent pas du tout à des relations naturelles entre musiciens, ni entre le musicien et son public. Cette formidable machine à se faire mousser marche d'autant mieux qu'elle flatte nos sentiments les plus bas : la satisfaction de notre ego.

Alors, un peu d'humilité, que diable ! A-t-on vraiment besoin de lire trois mille fois "j'aime beaucoup ta musique" ? Est-ce vraiment nécessaire pour bien jouer ?

  1. La goutte d'eau : avec MySpace je soutiens mes ennemis :

On pense que MySpace sert à s'entraider, entre "amis", en formant un réseau qui génerera du trafic, en réalité c'est le contraire  : MySpace sert à aider les ennemis. Qui sont ces ennemis ? Rupert Murdoch (sur acrimed (aussi ici et ici), le nouvel obs, et ici, p 1 2 3 4 5) (ou encore sur wikipedia), propriétaire du site MySpace, milliardaire américain, spécialiste de la manipulation de l'opinion et de la désinformation au profit des grandes entreprises et de la guerre, propriétaire d'un grand nombre de médias dominants aux Etats-Unis (notamment la chaîne de télévision Fox...) d'une part, et tous les publicitaires qui gagnent du fric grace à nous d'autre part. Pour avoir un aperçu de ce que peut donner la possession d'un grand nombre de médias par un seul milliardaire, il suffit de lire cette petite phrase de "A Brief History of Neoliberalism" de David Harvey (Oxford University Press, 2005). À la page 35, il note, au sujet de la force de frappe de l'empire de presse de Ruport Murdoch, ceci: "L'ensemble des 247 rédacteurs en chef de ses journaux supposés indépendants ont, dans les quatre coins du monde, soutenu l'invasion par les Etats-Unis de l'Irak." (source ici).

Ces ennemis nous donnent (à nous dont certains sont artistes soi-disant "alternatifs", ou précaires victimes de la domination de ces monstres) les outils pour les faire prospérer. En effet, MySpace ne vit que par et pour la publicité. Ce n'est pas par philanthropie que Murdoch et ses potes nous proposent de créer des pages avec notre musique, c'est pour pouvoir y placer leur pub. En effet, aujourd'hui, la publicité sur internet est un business qui marche, tout le monde le sait. A tel point que le seul problème des publicitaires, c'est : "j'ai déjà la pub, maintenant il faut juste que je trouve du contenu pour mon site, et des gens pour le visiter". Grâce à MySpace, c'est nous qui faisons ce boulot : Murdoch fournit la pub, et nous on remplit les pages (accessoirement, avec nos musiques contestataires, avec des slogans anti-sarkozy, ou des "résistance" écrits en petit sur nos photos), et on lui fournit du trafic. Ainsi, c'est nous qui fournissons le talent, les oeuvres, c'est nous qui ramenons du monde, et c'est lui qui empoche les bénéfices. MySpace a été créé par des spécialistes de la publicité ciblée et revendu à un baron des médias qui tire toute sa puissance des recettes publicitaires de ses journaux et chaînes de télé : sa conception a donc avant tout la publicité comme vocation, qu'on n'aille pas croire que c'est par grandeur d'âme que le service nous est fourni; c'est bien pour que nous servions de support à la publicité.

Une autre manière pour les industriels du marketing de s'enrichir sur le dos de nos pages MySpace consiste à récupérer les informations personnelles que nous y mettons. Les renseignements sur les goûts des gens, leurs habitudes de consommation, leurs relations, et les liens qu'on peut établir entre tout ça constituent autant de mines d'or pour les entreprises chargées de mener des études de ciblage en publicité ou en marketing. Cela permet de définir des profils-types de clients, ou de proposer des publicités aux internautes qui correspondront aux centres d'intérêts qu'on aura remarqué chez eux. Ces information peuvent intéresser les industriels, mais aussi les services de l'État, ou toute personne soucieuse de nous connaître un peu mieux, mais pas forcément pour notre bien. Elles peuvent aboutir à des véritables fiches individuelles recensant tout un tas d'informations personnelles. Ceci pose des problèmes tant du point de vue du respect de la vie privée que de celui de la sécurité. Dans la même veine que MySpace, il existe un site de réseaux sociaux nommé FaceBook, et ce site a été l'objet de vives critiques pour l'utilisation qu'il fait des données personnelles de ses membres : FaceBook révèle à tout le monde ce que vous achetez, FaceBook permet d'obtenir très facilement les données nécessaires pour vous pirater, FaceBook permet de pister ceux qui observent votre profil, FaceBook fournit des données sur vous aux publicitaires (voir aussi sur Libé), enfin, un joli film d'horreur pour résumer le tout pour ceux qui comprennent l'anglais. Vous me direz, c'est Facebook, et pas MySpace. Oui, mais en l'occurrence, ce sont deux sites concurrents qui fonctionnent de la même manière, appartiennent au même genre de personne, et ont exactement la même vocation. Et encore une fois, toutes ces informations que ces sites de réseaux sociaux récupèrent et qui font leur bonheur, c'est nous qui leur fournissons de notre plein gré (voir Réseaux sociaux : quand les utilisateurs s'en fichent).

Soulignons aussi ici brièvement les inquiétudes que soulève la politique de redirection des liens de MySpace. Chaque lien sur un site MySpace est analysé et transformé en un lien vers msplinks.com, site qui appartient à MySpace, et qui permet de filtrer les spams avant de renvoyer (ou non) l'utilisateur vers la page en lien. Mais puisque tous les liens sont centralisés à travers un site, on voit qu'il devient très facile d'élaborer des statistiques sur qui clique ou, et de s'en resservir pour cibler les publicités. Attention toutefois, ce n'est qu'une inquiétude, et l'attitude de MySpace à ce sujet est tellement opaque que les inquiétés n'ont pas pu trouver de preuves de ce qu'ils avancent.

Si vous n'avez plus vraiment confiance dans ce que MySpace fait de vos données, alors vous ne serez pas rassurés en apprenant que Intermix Media, l'entreprise qui détenait MySpace avant qu'elle ne soit rachetée par Murdoch (et qui appartenait alors à un certain... Tom Anderson (tiens, vous n'avez pas un "ami" qui s'appelle comme ça ?)), avait été condamnée à l'époque où elle possédait encore MySpace pour l'installation de logiciels-espions sur les ordinateurs. Elle dut payer 7,5 millions de dollars pour avoir installé des programmes-espions sur des millions d'ordinateurs, dont 3.7 millions sur la seule ville de New-York ! Ces programmes avaient comme joyeuses fonctionnalités de récupérer des renseignements sur vos goûts, de rediriger toutes vos requêtes vers le moteur de recherche propriétaire d'Intermix, d'ouvrir des pop-ups liés à vos centres d'intérêts, et d'installer une "toolbar" publicitaire de force sur les navigateurs ! Ils s'installaient sans crier gare ni demander l'autorisation, étaient très difficiles à désinstaller, et se réinstallaient automatiquement après installation !

On peut en arriver à ce suprême degré de contradiction d'avoir certaines pages qui prétendent, dans leur contenu, contester un pouvoir, mais qui, dans leur existence même, fournissent à ce pouvoir non seulement l'argent pour fonctionner, mais l'aval nécessaire pour continuer à fonctionner ainsi. Parce qu'avoir une page MySpace, et compter sur elle pour sa promotion, ce n'est pas seulement engraisser Murdoch et consorts, mais c'est aussi dire : "moi, musicien, artiste, ou simple citoyen, je souhaite devenir plus connu, car je considère mon ascension sociale comme quelque chose d'important. J'ai conscience de certains défauts de MySpace, mais ma carrière est plus importante que mes idéaux. Je reconnais que la seule manière de parvenir à mes fins, c'est de me soumettre à la logique marchande de la pub et du fric, donc je m'engage à utiliser les outils de la société marchande, à les promouvoir à mon propre compte, et à mettre mon oeuvre à leur service; ainsi je véhicule le message que ce n'est qu'en se soumettant aux lois du marché publicitaire que je pourrai faire en sorte que mon art s'épanouisse". Voilà le contrat que l'on signe tactiement avec MySpace quand on y crée un compte, voilà à quelle logique nous donnons notre aval. Avec Guy Debord, Karl Marx, Diogène le cynique, et Noam Chomsky dans mon "top friends", j'atteignais sûrement le degré suprême de tartufferie...

Vous pensez qu'avec votre petit profil MySpace, vous ne rapportez presque rien à Rupert, et vous vous dites que le peu que vous lui donnerez ne compense pas ce qu'il vous apporte ? Alors, apprenez ceci : selon Jacques Dufresne, si l'on divise l'ensemble des recettes de Facebook par le nombre de ses utilisateurs, on réalise que chacun a rapporté 250$ aux actionnaires ! Vous me direz, FaceBook ce n'est pas MySpace, et je vous répondrai : justement. Facebook, au départ, n'est destiné qu'à quelques petits profils privés destinés à être visités par les fréquentations du cercle proche. Au contraire, on trouve sur MySpace des profils de musiciens et de groupes beaucoup plus connus, dont le nombre de visites se compte en dizaines de milliers.  C'est la raison pour laquelle FaceBook fait finalement assez peu d'argent, alors que son contrat avec Yahoo raportera des milliards à Murdoch. Un profil MySpace rapporte donc encore plus aux investisseurs qu'un profil Facebook. Imaginez, même simplement vous, avec votre petit profil de groupe amateur, ce que vous pouves rapporter à Rupert Murdoch !

  1. MySpace ne sert à rien

La principale raison qui peut nous pousser à abandonner MySpace est surtout la suivante : en fait, ça ne sert à rien. Ca n'apporte pas de dates. Si vous êtes connus, ça ne sert qu'à vous faire mousser. Si vous ne l'êtes pas, ça ne sert qu'à vous faire espérer que vous le serez : en réalité, vous pouvez toujours vous brosser : avez-vous déjà entendu parler de quelqu'un qui s'est fait vraiment connaître gràce à MySpace ? Au pire, si vous avez une communication hyper-offensive, vous serez connu comme "celui qui fait chier tout le monde avec ses placards de pub partout", mais c'est tout.

Ne vous laissez pas abuser par le nombre de visites affichées au compteur : premièrement, rien ne prouve qu'il correspond au nombre réel de visites, deuxièmement, une part significative de ces visites correspond en fait soit à des robots fureteurs (notamment ceux des moteurs de recherche), soit à vos propres visites, ou des pages rechargées plusieurs fois. Vous avez quelques millers de visites ? Premièrement, ce n'est rien comparé aux flux des visites de n'importe quel site web, deuxièmement, cela ne signifie pas que vous avez autant de nouveaux fans qui achèteront vos CDs et assisteront à vos concerts, ou de producteurs qui vous on remarqués.

Et si l'on y refléchit bien, MySpace n'apporte rien de vraiment nouveau : tout ce qu'on peut faire sur MySpace, on peut aussi le faire sur d'autres sites. Le seul avantage de MySpace est de tout réunir en même temps avec une interface unique et facile à prendre en main. Pour ma part, voici les solutions que je vais utiliser pour remplacer MySpace :

  • Pour diffuser de la musique, j'utiliserai Kaouenn, mais il y a bien d'autres sites (notamment Jamendo, ...). L'avantage de Kaouenn est qu'il me permettra de mettre mes airs en OGG (ou ici), et sans ambiguité quant à la licence Creative Commons. D'autres gros avantages de Kaouenn : il fournit un code tout fait pour mettre note musique à écouter directement à partir de n'importe quelle page, que le nombre de morceaux n'est pas limité à 4, et que tous les airs sont téléchargeables. Il existe aussi d'autres sites de "réseaux sociaux" qui hébergent des profils musicaux, dans d'autres optiques : PureVolume et Virb°, Beta Records, Isound, Open Label, Stage.fm, ... (cf. un comparatif). Pour ceux qui ont sorti un CD, il y a aussi Deezer... Bref, il n'y a pas que MySpace dans la vie !

  • Pour les textes, les nouveautés, les infos, les idées, les dates, etc., maintenant il y aura ce blog. Rien de plus facile. Avantage sur MySpace : il n'y aura pas besoin d'avoir un compte MySpace pour me laisser un commentaire.

  • Pour les "liens amis", j'utiliserai des liens sur mon site. Evidemment, je ne pourrai pas en avoir 200, comme sur MySpace. Mais d'une part, sur 200 "amis", finalement très peu d'entre eux sont visibles sur notre page MySpace, et d'autre part, il n'est pas forcément utile d'avoir 200 liens sur une page : qui ira les voir ? Pour ceux qui n'ont pas de site et pas envie d'apprendre, on trouve la même fonctionnalité sur les blogs...

  • Pour montrer qu'on existe à un musicien dont on apprécie la musique : les e-mails existent pour ça, ou les commentaires sur les sites ou blogs.

Finalement, MySpace n'est qu'un gadget inutile, le dernier à la mode chez les musiciens sur internet en ce moment. Ceci ne serait pas dérangeant si MySpace était un gadget aussi neutre que mon "séparateur de blanc et de jaune d'oeuf" (si si, ça existe, j'en ai un !), malheureusement, pour toutes les raisons que l'on a vues, ce n'est pas le cas. De plus, mine de rien c'est un gadget qui nous prend énormément de temps, temps que l'on aurait pu utiliser pour bosser la musique, démarcher des organisateurs... ou nouer des vrais contacts avec d'autres musiciens.

  1. La morale de cette histoire...

Que faut-il en tirer de tout ça ?

La première chose, c'est qu'avec MySpace, vous avez l'impression d'utiliser un outil (un media) pour vous aider (à vous faire connaître, à rencontrer du monde, ...); or ce qui se passe en réalité c'est qu'avec MySpace vous êtes instrumentalisés par un milliardaire pour lui permettre d'utiliser plus de médias.

La première mesure pour vous transformer en bon petit instrument docile, c'est de vous faire croire que c'est pour votre bien et dans votre propre intérêt que vous faites prospérer son site. Vous avez l'impression que c'est vraiment vous le gagnant lorsque vous envoyez un commentaire ou une invitation, or en réalité, le gagnant, c'est Rupert Murdoch : il a réussi à vous faire d'autant mieux accepter de travailler pour lui que vous avez l'impression que c'est pour vous que vous le faites. Qu'est-ce que l'on est heureux de voir augmenter son nombre d' "amis" ou de visites ! On se dit : "chouette, il y a 20 personnes de plus aujourd'hui qui ont vu la photo pour laquelle je m'étais fait tout beau !", et on ne se dit pas "il y a 20 personnes de plus dont on a recolté des informations sur leurs goûts qu'on a revendues à des boîtes de pub, 20 personnes que l'on a exposé à de la publicité qui seront payées à Murdoch par les publicitaires". On ne se dit pas "il y a 20 personnes qui ont contribué à augmenter le pouvoir et la fortune d'un homme qui va s'en servir pour diffuser, à travers tous les médias possibles, ses messages racistes, pro-guerre en Irak, ultra-capitalistes, etc.", ce qu'on se dit c'est "j'ai 20 admirateurs de plus !"

La deuxième mesure pour faire de vous un instrument efficace, c'est de faire appel à ce qui marche le mieux : les basses pulsions de l'homme. La flatterie, la vanité, le sexe, et l'appât de la gloire et des honneurs : voilà des bons aliments auxquels faire tourner mes petits instruments de propagande. MySpace vous propose un système asceptisé dans lequel vous pourrez en toute bonne conscience vous fourvoyer dans les plus vils avatars de l'hypocrisie et de l'autopromotion dissimulée, car tout est fait pour normaliser et banaliser ces comportements égocentriques que vous blâmeriez dans une situation normale. Lorsque MySpace a réussi à rendre acceptable socialement le fait de se vendre en lechant les bottes aux autres, vous pouvez enfin vous lancer dans cette prostitution de votre propre personne, vos propres opinions, et votre propre talent que vous n'osiez pas entreprendre dans la vie réelle.

Refléchissez un instant : si vous avez l'impression que MySpace marche mieux qu'une autre solution pour vous faire connaître, c'est parce que vous osez y faire ce que vous n'oseriez jamais faire dans un autre contexte, et si vous osez le faire cette fois-ci, c'est parce que MySpace est parvenu à neutraliser le jugement moral sur ces actions en les présentant comme banales. Mais demandez-vous : qu'est-ce qui m'empêche de me comporter dans la vraie vie comme je le fais sur MySpace ? On appele ça des principes moraux...

Voilà les deux pilliers sur lesquels reposent MySpace : vous faire croire que c'est votre intérêt de l'utiliser pour y faire votre pub en y flattant vos plus bas instincts. Ça y est, vous êtes prêts pour l'aventure MySpace, ou le mercantilisme de l'ego au profit de la propagande réactionnaire.

  1. Mesures concrètes

Etant donné la censure qui s'opère sur MySpace, il est possible que mon compte disparaisse tout seul dès que j'y aurai relayé ces informations. Mais je ne compte pas attendre d'être trouvé par les censeurs pour me débarasser de MySpace. J'attendrai juste le temps que ce message soit un peu diffusé, et lu par ceux à qui il pourrait être utile. Je le supprimerai donc vers le début de l'année 2008.

Ce texte ne se trouve pas sur MySpace, d'une part car avec tous les liens sur des sites contre MySpace qu'il contient, je serais très vite débusqué, et d'autre part, pour que l'on puisse continuer à s'y référer quand mon compte aura été supprimé.

Il y a sûrement une contradiction à attendre un peu que mon message contre MySpace se diffuse sur MySpace avant de supprimer mon compte. Mais, après tout ce que MySpace m'a fait faire de contradictions, je ne suis plus à ça près. Et j'éspère aussi que ce texte parviendra à en convaincre certains de faire comme moi, et alors il aura été plus utile d'avoir été contradictoire et efficace que d'avoir simplement supprimé deux profils en toute discrétion.

Cette question m'a trotté dans la tête pendant longtemps, et je n'étais pas prêt tout de suite à supprimer mon compte. Si vous avez été convaincus qu'il y a quelque chose qui cloche dans le fait d'utiliser MySpace, mais que vous n'êtes pas prêts tout de suite à supprimer le votre, voici déjà ce que vous pouvez faire :

  • avant tout, vous informer par vous-mêmes (les sites ici en liens sont un bon début);

  • ne pas agir comme un publicitaire avec votre compte MySpace (on trouve des choses comme des "chartes d'éthique MySpace", qui donnent quelques conseils de bon sens...);

  • proposer vos airs au téléchargement

  • bloquer la pub au maximum (notamment en utilisant Tor avec Privoxy);

  • diffuser une réelle information à propos de MySpace (que ce soit mettre un lien sur votre page vers ce texte (il suffit de copier/coller ceci, éventuellement en changeant le texte entre les deux balises : "<a href="http://lexcroissance.hautetfort.com/archive/2007/12/09/pourquoi-je-quitte-myspace-et-pourquoi-vous-devriez-en-faire.html"> pourquoi je ne suis pas d'accord avec MySpace</a>"), en repiquer des morceaux (en citant ou non leur source), ou en trouvant d'autres informations et en les faisant circuler), etc.

Le plus important est de montrer que vous êtes conscients que MySpace n'est pas tout net, que vous voulez le faire savoir, et que vous savez que c'est contradictoire de critiquer MySpace tout en ayant un compte MySpace. Quand la contradiction deviendra trop pesante, vous vous déciderez par vous-mêmes.

Ou alors, quand un censeur de MySpace tombera sur votre page, si vous avez mis un lien vers ce texte, ou manifesté, d'une manière ou d'une autre, votre désapprobation, c'est à dire votre capacité à réfléchir par vous même, à vous informer, et à prendre position, il accomplira le geste fatidique que vous n'aviez pas osé faire car vous étiez devenu un brin dépendant, et ce sera finalement à votre plus grand soulagement...

  1. (Res)sources

D'autres liens sur le sujet :